Unités FMAR(P)

FOIP

Force opérationnelle interarmées (Pacifique)

FOIP

Le commandant de la Force opérationnelle interarmées (Pacifique) (FOIP) relève de l’officier supérieur responsable des opérations interarmées du Canada pour la défense du pays et pour l’exécution des opérations de soutien aux civils dans la zone de responsabilité (ZResp) de la FOIP. Quand il en reçoit l’ordre, le commandant contribue à la défense de l’Amérique du Nord avec les forces alliées.

Pour exécuter ces opérations, le commandant de la FOIP peut faire appel aux forces militaires présentes dans sa ZResp, en fonction des besoins et des autorisations reçues.

Le commandement des opérations interarmées du Canada a été créé le 5 octobre 2012. Le commandement réaffirmait que la première priorité des FC est la sécurité des Canadiens. Ce commandement est le mécanisme par lequel les commandants, aux paliers national et régional, disposent de l’autorisation immédiate de déployer des ressources navales, terrestres et aériennes dans leur zone de responsabilité pour appuyer les opérations nationales.

Le commandant de la FOIP peut répondre aux besoins (crise, défense nationale, sécurité ou situation d’urgence) dans les zones de l’océan Pacifique contiguës à la côte Ouest du Canada ou en Colombie-Britannique.

Il incombe au quartier général de surveiller ce qui se passe pour dresser un tableau général de la sécurité et de la défense dans la région du Pacifique. Il lui appartient notamment d’établir des plans d’urgence et de se tenir prêt à les mettre en œuvre avec ses partenaires.

Le commandant de la FOIP est également le commandant des FMAR(P), et aussi du centre de recherche et sauvetage de la région de Victoria, et le commandant régional des cadets.

FLTCANPAC

Flotte canadienne du Pacifique

FLTCANPAC

Le but premier de la Flotte canadienne du Pacifique (FLTCANPAC) est de fournir, de diriger et de maintenir en puissance des forces navales polyvalentes et aptes au combat, sur les ordres du commandant des Forces maritimes du Pacifique ou du commandant de la FOIP, en vue d’accomplir les missions et les tâches inhérentes aux objectifs du Canada en matière de défense nationale et internationale.

La première des responsabilités de la FLTCANPAC consiste à renforcer la sécurité du Canada et de l’Amérique du Nord en fournissant des navires performants et des équipages parfaitement entraînés pour mener des opérations et des exercices maritimes interarmées et multilatéraux de concert avec d’autres ministères et les forces alliées.

Au cours d’une année typique, les navires de la Flotte canadienne du Pacifique peuvent passer 175 jours loin de leur port d’attache et 150 en mer au maximum, à exécuter des activités vitales : opérations de recherche et de sauvetage, patrouilles d’affirmation de la souveraineté et opérations militaires internationales, exercices d’entraînement essentiels (un seul navire ou plusieurs) et exercices interarmées ou multilatéraux.

La FLTCANPAC travaille également en étroite collaboration avec les aéronefs de la BFC Comox et du 443e Escadron d’hélicoptères maritimes de Patricia Bay, (C.-B.). Compte tenu des 27 000 kilomètres de littoral à surveiller et à protéger et de la responsabilité d’une zone maritime de 840 000 milles carrés, la FLTCANPAC a absolument besoin des ressources aériennes maritimes pour atteindre ses objectifs.

Elle est composée de l'Administration centrale de la Flotte, de la Division côtière, de l'Entraînement maritime (Pacifique), de la Section des bâtiments navals de servitude et des navires de la Flotte.

BFC Esquimalt

Base des Forces canadiennes Esquimalt

BFC Esquimalt

La base des Forces canadiennes (BFC) Esquimalt est la deuxième plus grande base militaire au Canada et abrite l'une des trois formations de la marine du pays. Située juste à l'ouest de Victoria, en Colombie-Britannique, la BFC Esquimalt a été créé comme une installation militaire par la Marine royale en 1855 et a été au service de la Marine royale du Canada depuis sa création en 1910.

La base assure les services de soutien pour tous les navires et plus de 6 000 membres du personnel militaire et civil des Forces maritimes du Pacifique. Elle est responsable de maintenir des forces maritimes polyvalentes aptes au combat, en plus de soutenir la Force opérationnelle interarmées (Pacifique), qui veille à la défense du Canada et effectue des opérations de soutien pour les autorités civiles de la région du Pacifique.

En plus d'assurer des services de soutien aux unités de la Force régulière et de la Réserve, la BFC Esquimalt héberge des organisations telles que l'École de la Flotte des Forces canadiennes à Esquimalt, Venture, le Centre d'instruction des officiers de marine et l'Installation de maintenance de la Flotte Cape Breton. La base est essentiellement une collectivité au sein d'une autre, avec ses propres services de police, d'incendie, ambulanciers, postaux, juridiques, de travail social et d'aumônerie pour n'en nommer que quelques-uns. Les forces de sécurité de la base, en collaboration avec le capitaine de port de Sa Majesté, sont responsables de la sécurité du port d'Esquimalt.

Le commandant de la base est le propriétaire de 1 500 bâtiments répartis sur 23 sites sur près de 5 000 hectares allant de Masset à Matsqui. La BFC Esquimalt et les Forces maritimes du Pacifique contribuent pour plus d’un demi-milliard de dollars par an à l'économie locale et emploient environ 4 000 militaires et 2 000 civils. L'Équipe de la Défense est fière de ses contributions à la communauté locale par le biais de collectes de fonds et de bénévolat.

IMF Cape Breton

L'Installation de maintenance de la Flotte Cape Breton

IMF Cape Breton

L'Installation de maintenance de la Flotte (IMF) Cape Breton est une ressource navale stratégique qui vise à soutenir les opérations de la Flotte canadienne du Pacifique  (FLTCANPAC). Elle relève de l'autorité du commandant des Forces maritimes du Pacifique pour la prestation de services de génie naval, de réparation et d'entretien efficaces afin de soutenir les capacités opérationnelles nécessaires dans la Flotte et les autres organisations au sein des Forces maritimes du Pacifique.

En plus de soutenir le groupe du Sous-ministre adjoint (Matériels) dans la prestation de services à la Flotte, l'IMF Cape Breton réalise diverses tâches pour l'Aviation royale canadienne et la Marine royale canadienne ainsi que pour les autres ministères. Il s’agit du plus polyvalent des établissements de cette nature sur la côte Ouest du Canada : il dispose en effet d’une équipe hautement spécialisée et d’un large éventail de ressources, notamment pour le soutien des sous-marins.

L'IMF Cape Breton a été créée le 1 avril 1996 par la fusion de l'ancienne Unité de réparation des navires (Pacifique), de l'Unité de génie naval (Pacifique) et du Groupe d'entretien de la Flotte (Pacifique).  L'unité est divisée en six départements : production, génie, opérations, gestion des systèmes, services de ressources humaines et contrôleur. L'équipe de défense de l'IMF Cape Breton est composée de 1 091 civils et de 156 militaires dans des effectifs pleinement intégrés.

UPF[P]

Unité de plongée de la flotte (Pacifique)

UPF[P]

La mission de l’Unité de plongée de la flotte (Pacifique) (UPF[P]) est de fournir et maintenir la conduite de la guerre assignée et des éléments d'intervention sous-marine et d'entraînement afin de satisfaire aux exigences des Forces armées canadiennes selon les tâches affectées par le commandant des Forces maritimes du Pacifique (FMAR(P)) par l'intermédiaire du commandant de la Flotte canadienne du Pacifique (FLTCANPAC).

L'UPF(P) fournit au commandant des Forces maritimes du Pacifique quatre capacités fondamentales de conduite de la guerre en effectuant les tâches suivantes : Soutien à la plongée de lutte contre les mines (LCM), à la neutralisation des explosifs et munitions (NEM), à la réparation au combat (BDR) et à la protection de la force (FP).

L’UPF(P) possède une vaste gamme d’équipements de plongée, y compris l’appareil respiratoire à air comprimé (ARAC), qui est utilisé pour la réparation des navires et les autres tâches en eau peu profonde. Les tâches de l’Unité de plongée pour la lutte contre les mines sont accomplies à l’aide de l’appareil canadien du plongeur-démineur (ACPD) et de l’appareil canadien de déminage sous-marin (ACDSM), tous deux des appareils à circuit fermé conçus au Canada. Parmi les autres exemples d'équipement, on compte plusieurs caissons hyperbares, l'équipement de soudage et de coupe sous l'eau, les outils hydrauliques et pneumatiques, l'équipement de vidéo et de photographie sous-marines, les sonars portables et de balayage latéral et deux véhicules téléguidés (VTG) : le véhicule sous-marin d'avant-garde « AURORA » de Seabotix et le véhicule miniature «VIDEORAY ».

L’Unité de plongée de la Flotte (Pacifique) est la seule unité opérationnelle de lutte contre les mines, de neutralisation des explosifs et munitions et de réparation des dégâts subis au combat, et elle est à la fine pointe de la technologie de la plongée. L’intégration croissante des plongeurs de la Réserve navale dans les opérations de l’Unité de plongée de la Flotte fournit un bassin de personnel instruit pour aider et procéder aux réparations des navires et aux recherches sous-marines.

Les officiers et le personnel de l’UPF(P) sont prêts à réagir à toute situation et ils sont résolus à respecter la devise de l’Unité : « Force et profondeur ».

Musique Naden

La Musique Naden de la Marine royale canadienne

La Musique Naden de la Marine royale canadienne

La Musique Naden de la Marine royale canadienne (MRC) est composée de 35 musiciens professionnels à temps plein dont le rôle principal est de soutenir les opérations navales et  les cérémonies de la MRC, sensibiliser le public, aider à faciliter une meilleure compréhension du rôle de la MRC dans la protection des intérêts du Canada au pays et à l’étranger.

Au cours des 74 dernières années, la Musique Naden a établi et maintenu une réputation de présenter des performances musicales de haut calibre à des auditoires au pays et à l’étranger, tout en étant fière de faire une différence dans les communautés qu’elle dessert.

Sous la direction du Lieutenant de vaisseau Matthew Clark (CD), le groupe se produit sous forme de divers ensembles petits et grands allant de l’ensemble de concert symphonique à la fanfare, en passant par l’orchestre de jazz, les groupes de Dixieland ou de rock et les ensembles de musique contemporaine ainsi que les quintettes de cuivres et de bois.

Au sein de la MRC, la Musique Naden effectue un certain nombre de fonctions cérémonielles lors des défilés (jour du Souvenir, Bataille de l’Atlantique, cérémonies de passation de commandement), les départs et arrivées de navires et les dîners militaires. La présence de la Musique lors de ces activités contribue à préserver les coutumes et traditions navales, tout en augmentant le moral et l’esprit de corps.

Le soutien musical est intégré à de nombreuses fonctions gouvernementales, telles que l’ouverture du parlement provincial, les visites officielles des chefs d’État et autres occasions où le lieutenant-gouverneur, le premier ministre du Canada, le gouverneur général du Canada ou la famille royale sont présents.

La Musique Naden s’efforce de servir de modèle au sein de la communauté locale en utilisant la musique comme un moyen d’apporter des changements positifs dans la vie d’autrui. En plus de soutenir le Centre de ressources pour les familles de militaires et la Campagne de charité en milieu de travail du gouvernement du Canada pour Centraide, la Musique est active dans un certain nombre de partenariats communautaires et de programmes de sensibilisation, dont la musique locale du corps de cadets et des concerts scolaires éducatifs. La Musique Naden a récemment participé à des collaborations musicales significatives dans la région du Grand Victoria, y compris lors de concerts avec l’École de musique de l’Université de Victoria et le Victoria Philharmonic Choir.

Voici quelques récents faits saillants de la Musique Naden :

         Concert conjoint avec l’harmonie symphonique de l’Université de Victoria (2014)

         Tattoo du Pacifique (2012-2013)

         Parade de la Coupe Grey et festivités connexes de la LCF (2011)

         Cérémonie d’ouverture des Jeux paralympiques d’hiver de 2010 à Vancouver (2010)

         Relais de la flamme et Jeux olympiques/paralympiques d’hiver (2009-2010)

         Tournée pancanadienne « Sailors & Songs » à l’occasion du Centenaire de la Marine canadienne (2010)

         Défilés du droit de cité d’Esquimalt (2012) et de Victoria (2010

Demander la Musique Naden :

Pour inviter la Musique Naden à une activité, veuillez soumettre une demande par courriel à marpac@shaw.ca ou par la poste et adresser votre demande à :

Contre-amiral Couturier
Commandant des Forces maritimes du Pacifique
CP 17000 Succ Forces
Victoria, BC V9A 7N2

Pour plus d’informations sur la Musique Naden et les activités à venir, visitez  le www.nadenband.ca.

443e Escadron

443e Escadron d’hélicoptères maritimes

443e Escadron

Le 443e Escadron d’hélicoptères maritimes (443 EHM) est un escadron opérationnel d’hélicoptères Sea King basé sur la côte Ouest. Même si le 443 EHM fait partie de la 12e Escadre Shearwater, son quartier général se trouve à Patricia Bay en Colombie-Britannique. La mission du 443 EHM est de « former du personnel apte au combat et déployable, et de fournir des hélicoptères à utiliser pour la défense du Canada et de ses intérêts partout dans le monde. »

L’escadron, équipé d’hélicoptères CH124 Sea King, fournit des détachements d’hélicoptères de la Force aérienne appelés « DETHELFA » aux navires d’intervention rapide à l’appui de la Flotte canadienne du Pacifique.

CIOM Venture

Centre d’instruction des officiers de marine Venture

CIOM Venture

Venture est le Centre d’instruction des officiers de marine (CIOM) établi à Work Point en Esquimalt (C.-B.) se consacre à l’enseignement supérieur et au perfectionnement professionnel des futurs chefs de la Marine royale canadienne.

En plus de fournir l'instruction de base aux officiers des opérations maritimes de surface et sous-marines (MAR SS), le CIOM Venture offre des cours destinés aux officiers de navigation, un cours sur les opérations en Arctique, un cours sur le perfectionnement en commandement, des cours destinés aux assistants-navigateurs et aux officiers responsables de la manœuvre des bâtiments. Le CIOM appuie la Flotte canadienne du Pacifique (FLTCANPAC) en organisant des cours de recyclage et un encadrement pour les officiers occupant des postes de commandement.

Recourant à un large éventail d’installations modernes, le CIOM prodigue un enseignement théorique et pratique équilibré qui permet aux officiers de marine d’acquérir toutes les compétences et les connaissances qu’il leur faut. L’instruction des officiers se donne dans le bâtiment du vice-amiral A.L. Collier. On y trouve un simulateur ultramoderne de navigation et de passerelle, un module d’entraînement aux tâches, des salles de classe équipées de matériel électronique et deux salles multimédias.

Le CIOM Venture offre également le programme d'emploi pour jeunes Autochtones RAVEN, qui a lieu d'août à la mi-septembre.  Le programme vise à renforcer la confiance en soi, l'autodiscipline, la bonne forme physique et le travail en équipe chez les jeunes Autochtones.

Le CIOM Venture offre également la période d'évaluation initiale/programme d'instruction élémentaire des officiers (PEI/PIEO) de la Réserve navale, qui se déroule chaque année de mai à août. Le programme a pour objet de sélectionner et de former des officiers de marine qui seront employés dans la Réserve navale.

EFFC Esquimalt

École de la flotte des Forces canadiennes à Esquimalt

EFFC Esquimalt

L’École de la flotte des Forces canadiennes à Esquimalt [EFFC(E)] a pour mission d’inculquer aux marins de la défense les connaissances et les compétences générales dont ils ont besoin pour exécuter les opérations navales.

L’EFFC(E) a ouvert ses portes le 8 octobre 1958; elle portait alors le nom d’École technique navale. Aujourd'hui, elle compte une équipe de plus de 360 professionnels civils et militaires qui dispensent les cours des GPM de la Marine. L'EFFC(E) occupe plus de 12 bâtiments à la BFC Esquimalt et dans la région.

Elle est composée d'un groupe du quartier général ayant six divisions d'instruction : combat, matelotage, génie des systèmes de marine, génie des systèmes de combat, lutte contre les avaries et enseignement des langues. Par ailleurs, son partenaire, le collège Camosun, dispense un programme d’instruction auparavant offert sur la côte Est.

 L’EFFC(E) utilise plusieurs outils d’instruction informatique comme le simulateur d’opérations de combat naval, le centre d’instruction en matière de lutte contre les avaries, le simulateur de mission CANTASS (Pacifique), le simulateur de système de commandement et de contrôle et le simulateur de tir d'armes navales de petit calibre

GCB

Génie construction de la base

GCB

La Division du génie construction de la base a pour mandat de fournir des services de soutien des infrastructures aux Forces maritimes du Pacifique afin que la Formation puisse mettre sur pied des forces polyvalentes, capables d’appuyer les opérations maritimes au nom du commandant de la Marine royale canadienne en vue de satisfaire les besoins nationaux et internationaux du Canada.

Il incombe à l’officier du génie construction de la base (O GC B) de voir à la construction et à l'entretien de tous les bâtiments et ouvrages publics et à l'utilisation des systèmes et installations de services publics. La division assure des services d'urgence tels que des réparations pressantes, le déploiement de l'équipe de recherche et de sauvetage en milieu urbain de la base et l'équipe d'intervention en cas de déversement de matières dangereuses. Elle emploie également et forme la troupe mobile de construction navale du Pacifique (TCNP) dans le cadre de missions destinées à appuyer des opérations de la Marine et des Forces armées canadiennes au Canada et à l’étranger.

CSSFC(P)

Centre des services de santé des Forces canadiennes (Pacifique)

CSSFC(P)

Situé à la BFC Esquimalt, le Centre des services de santé des Forces canadiennes (Pacifique) (CSSFC (P)) offre des soins de consultation externe à tous les membres des Forces armées canadiennes en service aux Forces maritimes du Pacifique (FMAR(P)), ainsi qu’aux autres unités militaires de la région.

La clinique fournit des services de consultation externe, dont des soins primaires et des services de physiothérapie, de radiographie, de laboratoire, d'ophtalmologie, de médecine préventive et de pharmacie, ainsi que certains services spécialisés. Le Centre assure aussi des services complets de santé mentale, notamment des examens avant et après le déploiement par l'entremise du service de santé mentale.

39e GbC

39e Groupe-brigade du Canada

39e Groupe-brigade du Canada

SPLENDOUR SINE OCASU  « Éclat sans ternissure »

Le 39e Groupe-brigade du Canada est une formation de la Réserve de l’Armée de la 3e Division du Canada. Le 39 GBC représente l’Armée en Colombie-Britannique et son quartier général est à Vancouver, en Colombie-Britannique. Le 39 GBC a été créé en mars 1997, remplaçant le district de la milice de la Colombie-Britannique. Certaines des 11 unités appartenant à la 39e Brigade ont été créées dès 1883, comme The British Columbia Regiment (Duke of Connaught’s Own).

Le 39e Groupe-brigade du Canada est spécialiste de la disponibilité opérationnelle constante pour les opérations nationales et internationales. Les soldats de la Brigade sont entraînés, testés et requalifiés afin d’être prêts pour des situations défavorables : intervention en cas de tremblement de terre, construction de ponts d’urgence, lutte contre les inondations et les incendies, et la guerre moderne dans les missions canadiennes. Les soldats de la 39e Brigade sont également formés pour mener des opérations dans des environnements hostiles allant des missions en zone urbaine aux missions en terrain montagneux, hivernales et en milieu sauvage.

La Brigade est composée de 11 unités de la Réserve de l’Armée représentées dans les communautés de la province. Les unités de Réserve de l’Armée de terre mentionnées ci-dessous sont soutenues par la BFC Esquimalt :

         4e  Groupe de patrouilles des Rangers canadiens

         5e Régiment d’artillerie de campagne (Colombie-Britannique) de l’Artillerie royale canadienne. 

         11e Ambulance de campagne (Victoria)

         39e Régiment des transmissions

§  39e Régiment des transmissions, 3e Escadron

§  39e Régiment des transmissions, 2 e Escadron

§  11e Bataillon des services (Victoria)

         Le Canadian Scottish Regiment (Princess Mary`s)

CEEMFC

Centre d’expérimentation et d’essais maritimes des Forces canadiennes

CEEMFC

Le Centre d’expérimentation et d’essais maritimes des Forces canadiennes (CEEMFC) est une unité de campagne du Quartier général de la Défense nationale (QGDN) qui est située à Nanoose Bay en Colombie-Britannique.

Le Centre d'expérimentation et d'essais maritimes des Forces canadiennes (CEEMFC) s'occupe de l'exploitation et de la maintenance du polygone naval canado-américain de poursuite sous-marine tridimensionnelle, à Nanoose, et du polygone du bras de mer Jervis.

Le Centre effectue aussi l'analyse des données obtenues grâce aux essais des systèmes de navires canadiens, aux exercices de tir de torpilles et à d'autres essais spéciaux menés au polygone de Nanoose ou à d'autres installations de poursuite des forces alliées; il met au point et exploite les polygones d'essai de bouées acoustiques des Forces canadiennes.

DMFC

Dépôt de munitions des Forces canadiennes Rocky Point

DMFC

Le Dépôt de munitions des Forces canadiennes (DMFC) de Rocky Point est un des quatre dépôts de munitions au Canada. Il fournit des munitions, des explosifs et les services de soutien connexes aux Forces armées canadiennes et au Ministère de la Défense nationale pour leurs opérations et leurs activités.

Il a été fondé en 1955 et est aménagé sur un terrain de 500 acres dans la pointe sud de l’île de Vancouver, au sud-ouest de Victoria. Le DMFC Rocky Point est une unité hébergée de la BFC Esquimalt et emploie environ 60 civils et 5 militaires.

Le dépôt soutient les Forces armées canadiennes en leur fournissant des services de munitions de haute qualité d’une manière efficace et opportune. 

SNM

Système de notification de masse de la BFC Esquimalt

Puisque notre personnel est éparpillé sur une vaste superficie et en divers lieux de travail, notamment à l’extérieur, sur des navires, dans des véhicules ou en atelier, la BFC Esquimalt a installé en février 2015 un système de notification de masse. Le système transmet un avertissement sonore grâce à un réseau de haut-parleurs de diffusion publique contrôlé par radio. En cas d’urgence, il émet un signal sonore suivi de directives vocales. 

Types d’urgences visées par le système

Le système peut être programmé pour donner l’alarme dans diverses situations : déversements de matières dangereuses, menaces environnementales, tsunamis nécessitant une évacuation, renforcement de notre posture de sécurité, etc.

Est-ce que les sirènes feront l’objet d’essais?

Le système sera mis à l’essai le premier mercredi de chaque mois à 11 h. L’essai durera une minute environ.

Emplacement des haut-parleurs

On trouve actuellement des haut-parleurs à l’arsenal et dans les secteurs Naden et Work Point. On pourrait plus tard élargir la portée du système aux propriétés de West Shore (secteurs Colwood, Albert Head et Rocky Point).

Lancement de l’alarme

S’il est établi que la BFC Esquimalt fait l’objet d’une menace imminente, l’alarme est lancée par le Centre régional d’opérations interarmées.

Il se peut qu’on utilise le système à l’occasion pendant des exercices tels le grand exercice « ShakeOut » de la Colombie‑Britannique et les exercices militaires d’intervention en cas d’urgence. Si cela se produit, Emergency Management B.C. (gestion des urgences), les coordonnateurs des mesures d’urgence de la collectivité, les téléphonistes du service 911 et la police seront prévenus. Aussi, la BFC Esquimalt diffusera un message d’intérêt public et publiera un rappel sur sa page Facebook.

En cas d’alarme

Le système de notification de masse vise à avertir tout le personnel de la BFC Esquimalt. Si vous entendez l’alarme à d’autres moments que lors des essais mensuels, nous vous recommandons d’allumer la radio ou la télévision à une station locale pour obtenir de l’information et des directives des responsables civils de la gestion des urgences, le cas échéant.

Signaux sonores

Les sirènes produisent quatre signaux sonores différents : signal d’essai (notes alternées), signal d’évacuation (note grave à aiguë à grave), signal de mise à l’abri (note unique répétée) et signal de fin d’alerte (semblable aux carillons de Westminster).

À quoi ressemblera le signal sonore ?

Signal sonoreUtilitéMessage vocal

SIGNAL D’ESSAI

(notes alternées)

Le premier mercredi du mois à 11 h pendant 30 secondes.

Suivi par le signal de FIN D’ALERTE.

Message d’essai : « Signal d’essai du système de notification. Ceci est un essai. S’il s’agissait d’une alarme véritable, vous devriez écouter les directives données par le système. Ceci est un essai. »

SIGNAL D’ÉVACUATION

(note grave à aiguë à grave)

Évacuation réelle

Signal sonore d’une minute suivi d’un message vocal.

Le cycle est répété trois fois toutes les six minutes jusqu’au signal de FIN D’ALERTE.

Un des deux messages suivants

Message vocal d’alerte au tsunami : « Alerte au tsunami, alerte au tsunami. Dirigez-vous immédiatement en terrain élevé ou vers l’intérieur des terres. Ceci n’est PAS un exercice. Alerte au tsunami, alerte au tsunami, dirigez-vous immédiatement en terrain élevé. » (Signal d’évacuation)

Message vocal d’évacuation : « L’ordre d’évacuer la Base a été donné. Vous devez quitter les lieux immédiatement. Ceci n’est PAS un exercice. L’ordre d’évacuer la Base a été donné; quittez les lieux immédiatement. » (Signal d’évacuation)

SIGNAL DE MISE À L’ABRI

(note unique répétée)

Mise à l’abri/confinement réel

Mise à l’abri : signal sonore d’une minute suivi d’un message vocal

Confinement : signal sonore de quinze secondes suivi d’un message vocal

Le cycle est répété trois fois toutes les six minutes jusqu’au signal de FIN D’ALERTE.

Un des deux messages suivants

Message vocal de mise à l’abri : « Une situation dangereuse a lieu sur la base. Vous devez immédiatement vous abriter à l’intérieur. METTEZ-VOUS À L’ABRI IMMÉDIATEMENT. Ne sortez pas avant d’en avoir reçu la directive. Ceci n’est PAS un exercice. » (répétition du signal sonore)

Message vocal de confinement : « Alerte de sécurité, alerte de sécurité. Une situation d’urgence a lieu sur la Base. Lancez immédiatement les procédures de confinement. Ceci n’est PAS un exercice. » (répétition)

SIGNAL DE FIN D’ALERTE

(semblable aux carillons de Westminster)

Annulation d’une alarme

Signal sonore d’une minute suivi d’un message vocal, puis période de silence de deux minutes. Le cycle est répété trois fois.

Message vocal de fin d’alerte : 

 « Fin de l’alerte, fin de l’alerte. » (signal de fin d’alerte)