Cérémonie soulignant le 50e anniversaire de l’explosion à bord du NCSM Kootenay

Nouvelles de la Marine / Le 23 octobre 2019

Le 23 octobre 2019 marque le 50e anniversaire de l'explosion survenue dans la salle des machines, qui a tué neuf membres de l'équipage du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Kootenay et changé à jamais la vie de nombreuses autres personnes.

En souvenir des camarades de bord qui ont perdu la vie et d'autres membres de l'équipage qui ont posé des gestes héroïques dans cette catastrophe, la famille du NCSM Kootenay et les membres de la Marine royale canadienne (MRC), anciens et actuels, ainsi que des amis et des membres du public se rassembleront au Monument commémoratif Bonaventure, situé dans le parc Point Pleasant à Halifax, pour célébrer le 50e anniversaire de cette explosion.

« Les marins du NCSM Kootenay, grâce à leur bravoure, leur héroïsme et leurs sacrifices, et leur famille sont à la base du principe ‘les personnes d’abord, la mission toujours’  qui sous-tend notre service naval moderne », a déclaré le vice-amiral Art McDonald, commandant de la MRC.

« Ce jour-là, la MRC a connu le pire accident en temps de paix à bord du NCSM Kootenay. Cet accident restera gravé dans notre mémoire collective. Neuf de nos camarades de bord ont tragiquement péri et 53 autres ont été blessés. L'intervention rapide de l'équipage du navire a permis d'éviter que la tragédie ne tourne en une calamité encore plus grande. Vos actions, tout simplement remarquables, ont sauvé  des vies et ultimement le navire. »

Première Mention élogieuse du commandant de la MRC à l’intention des unités

L’équipage du NCSM Kootenay recevra la première Mention élogieuse du commandant de la MRC à l’intention des unités en reconnaissance de sa bravoure et de son courage des mains du contre-amiral Craig Baines, commandant des FMAR(A).

La tragédie a eu des effets dévastateurs, mais elle a fini par façonner et redéfinir les pratiques de la MRC en matière de lutte contre les incendies et de contrôle des avaries. L'héritage du NCSM Kootenay se perpétue au Centre d’instruction en matière de lutte contre les avaries Kootenay, à Halifax, où les marins continuent de rendre hommage et de tirer des leçons de cette épreuve pénible.

« Grâce à vous, nos marins sont très bien entraînés et prêts à faire face à divers scénarios de contrôle des avaries, a déclaré le Vam McDonald. Les aptitudes acquises sont devenues les compétences essentielles qui aident les membres de la Marine à être en tout temps prêts à aider, prêts à diriger, prêts à combattre. Félicitations pour cette reconnaissance bien méritée. »

L’explosion

Le matin du 23 octobre 1969, le NCSM Kootenay faisait partie d’une force opérationnelle qui avait mené un exercice dans les eaux du Royaume-Uni et revenait au Canada, naviguant en direction ouest dans la Manche au large de Plymouth. À 6 h 05 (UTC), il a reçu l’ordre de se séparer de la force opérationnelle et de tenir un essai de routine à pleine puissance.

Les essais ont commencé à 8 h 10 et, à 8 h 21, un palier dans la boîte d’engrenage de tribord s’est rompu. Son logement avait été mal installé et l’huile qui devait y circuler et agir en tant que liquide de refroidissement a surchauffé, atteignant une température estimée de 650 °C (1 202 °F), et a explosé.

L’explosion et l’incendie qui a suivi ont généré beaucoup de fumée toxique. Malgré les lourdes pertes de vie, les membres d’équipage se sont rassemblés sur la plage arrière du navire et ont rapidement organisé les opérations de lutte contre l’incendie et de sauvetage; cependant, la majorité de l’équipement de lutte contre les incendies était devenu inaccessible ou détruit par l’incendie.

C’est pourquoi trois ingénieux plongeurs du navire ont enfilé leur équipement de plongée et sont descendus pour prendre part aux opérations de sauvetage, s’exposant ainsi à un grand danger en raison du risque d’explosion de leurs bouteilles de plongée.

L’incendie a été maîtrisé vers 10 h 10 et a été complètement éteint entre 10 h 30 et 11 h.

Le NCSM Kootenay était sérieusement endommagé, mais les interventions professionnelles de son équipage avaient réussi à le maintenir à flot. Le navire connaîtra 26 autres années de service distingué.

Les répercussions

L’habileté et à la bravoure dont a fait preuve l’équipage du NCSM Kootenay en réagissant rapidement et sans panique ont été extraordinaires.

Comme l’a écrit plus tard le capitaine de frégate Neil Norton, commandant du NCSM Kootenay lors de l’explosion, « … une équipe moins professionnelle aurait pu facilement finir la journée à bord de radeaux de sauvetage ».

Les actions courageuses des anciens membres d’équipage du NCSM Kootenay ont contribué à accélérer la création de décorations de bravoure canadiennes. À la suite de la tragédie, les familles, les amis, les médias et le grand public ont insisté pour que le gouvernement canadien honore ces marins pour leur sens du devoir et leur sacrifice.

Le 10 mai 1972, la reine Elizabeth II a accrédité trois nouvelles décorations pour bravoure : les Croix de la vaillance, les Étoiles du courage et les Médailles de la bravoure.

De façon tout à fait appropriée, les toutes premières Croix de la vaillance ont été remises à titre posthume à deux membres de l’équipage du NCSM Kootenay, soit l’adjudant-chef Vaino Olavi Partanen et le maître Lewis John Stringer. L’Étoile du courage a été remise à l’enseigne de vaisseau de 1re classe Clark Reiffenstein et au maître Clément Bussière, et la Médaille de la bravoure a été remise au premier maître de 2e classe Robert George et au maître de 1re classe Gerald Gillingham.

En 2019, la MRC a décerné au capitaine de frégate (retraité) Al Kennedy et au matelot de 2e classe (retraité) Allan « Dinger » Bell le galon de blessé, qui a été créé en 2001, en reconnaissance des membres des Forces armées canadiennes qui sont morts ou ont été blessés dans des circonstances honorables en conséquence directe d’un acte hostile, durant leur service rendu au Canada.

Rubans bleu foncé

M. Bell, l'un des trois survivants qui étaient dans la salle des machines lorsque la boîte de transmission avait explosé, a fait remarquer qu'un nouveau ruban du NCSM Kootenay sera mis en évidence cette année, les membres de la MRC étant autorisés à porter le ruban bleu foncé du premier jeudi d'octobre jusqu’au 23 octobre à minuit.

Selon M. Bell, le 50e anniversaire est l'occasion de rendre hommage à tous les membres de l'équipage pour leur bravoure et les efforts acharnés qu'ils avaient déployés en sauvant le navire, ainsi que de se souvenir des personnes qui ont péri.

« Il est très important de souligner les sacrifices consentis par l'ensemble de l’équipage et les épreuves que celui-ci a subies. Et non seulement ce que j’ai moi-même vécu ou qui que ce soit d’autre », a-t-il ajouté.

En plus des effets à long terme sur la santé de l'inhalation de fumée et d'autres produits chimiques, certains survivants ont également souffert du syndrome de stress post‑traumatique, et l'accès à de l'aide professionnelle leur a permis de mieux affronter leurs souvenirs.

Mais la date anniversaire, qui a été proclamée « Journée du Kootenay » en Nouvelle‑Écosse, est toujours un moment pénible, a déclaré l'adjudant-chef (retraité) Denis Couvrette, qui était maître de 1re classe et radio principal à bord du NCSM Kootenay en 1969.

« Cette année sera une année bien particulière, et il y a désormais une cérémonie tout indiquée pour se souvenir de ce qui s'est passé, mais c'est toujours difficile. Cela me rappelle certainement des souvenirs, et ce ne sont pas nécessairement des souvenirs agréables », a-t-il précisé.

Couvrette a raconté qu'il s'était empressé d'informer le Commandement maritime et d'autres navires en mer de ce qui s'était passé une fois que la fumée s'était dissipée de sa section, et qu'il avait travaillé près de 40 heures de suite pour maintenir la communication. Il a également fait office de porteur aux funérailles de ses camarades de bord, lesquelles ont eu lieu cinq jours plus tard sur le NCSM Saguenay.

Il a affirmé que les souvenirs de l'explosion sont encore vifs et troublants aujourd'hui, mais il a ajouté qu'il était reconnaissant pour toutes les leçons tirées de l'accident, lesquelles ont mené à la création d'écoutilles pour le NCSM Kootenay, à l'élimination des échelles en aluminium à bord et à l'augmentation du nombre des lieux d'entreposage de l'équipement de lutte contre les incendies.

« Il y a eu de nombreux avantages, notamment la prise de mesures de modernisation en matière de sécurité, non seulement au sein de notre Marine, mais dans les marines du monde entier », a ajouté M. Couvrette.

Comme l'indique la Mention élogieuse du commandant de la MRC à l'intention des unités, les actions de l'équipage du NCSM Kootenay ce jour-là ont fait honneur à l’unité éponyme et à la MRC.

« La Marine d'aujourd'hui est meilleure grâce à vous, à vos loyaux services, à votre bravoure, à votre engagement et à vos sacrifices », a déclaré le Vam McDonald.

Article rédigé à l’aide de documents fournis par Ryan Melanson du journal Trident