Début des travaux d’installation d’un brise-lames dans le port d’Esquimalt

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 15 février 2017

Par Peter Mallett

Un brise-lames flottant est en cours d’installation du côté de Colwood (ouest) de la Base des Forces canadiennes Esquimalt, en vue d’offrir une protection contre les vagues aux petits bâtiments de la Marine royale canadienne.

La Division des opérations portuaires et des services d’urgence (DOPSU) supervise l’installation du brise-lames de 400 pieds de long et 30 pieds de large, depuis le 4 janvier 2017. Le brise-lames sera installé à l’est de la jetée D et il protégera les navires de la Marine et de la flotte auxiliaire des fortes vagues et de la houle communes du côté ouest du port.

La partie du port située du côté de Colwood accueillera aussi provisoirement les petits bâtiments de la flotte pour permettre la réalisation du projet de réfection des jetées A et B, d’un coût de 781 millions de dollars, qui doit commencer ce printemps. Cet important projet de construction vise le remplacement des deux jetées de 70 ans et le dragage destiné à éliminer des sédiments contaminés dans l’ensemble du port d’Esquimalt.

Le responsable de la DOPSU, Doug Kimmett, déclare que l’installation du brise-lames est la meilleure solution pour que le côté ouest devienne un port provisoire adéquat.

« Compte tenu des diverses solutions et des contraintes de temps associées au projet de réfection, nous avons jugé qu’un ouvrage pouvant être transporté, construit ailleurs et monté par le personnel de la base était le moyen le plus rapide d’aménager des postes à quai abrités », explique-t-il.

La structure en béton remplie de mousse, subdivisée en silos multiples, a été conçue par l’entreprise de construction maritime Blue Water Systems Ltd. de Delta, en Colombie-Britannique, et a été amenée par remorqueur à Esquimalt au début décembre 2016.

Du personnel de la DOPSU et de l’Unité de plongée de la Flotte (Pacifique) et une équipe d’arrimeurs de l’Installation de maintenance de la Flotte ont réuni les quatre pièces du brise-lames avant sa mise en place avec l’aide de la barge-grue à vapeur YD250 de la flotte auxiliaire.

Il reste à terminer l’amarrage du brise-lames au moyen de 26 ancres en béton et de chaînes que la barge-grue YD250 va déposer sur le fond marin.

Pour bien situer les ancres du nouveau brise-lames temporaire, des mesures exactes sont nécessaires.

Pour ce faire, la DOPSU a fait appel au savoir-faire du Bureau des services hydrographiques et à son récepteur GPS Pathfinder ProXRT.

Son matériel courant de relevé de terrain va être fixé à la flèche principale de la barge-grue à vapeur YD250 pour mieux placer les blocs en béton à moins d’un mètre de l’endroit désigné, à une distance de 20 à 80 pieds. Le caporal-chef Nicolette Ducharme et le sergent Todd Blanchette, de la Section numérique du Bureau des services hydrographiques, utiliseront le récepteur GPS Pathfinder ProXRT pour déterminer les bonnes coordonnées et ensuite transmettre l’information au grutier, qui va déposer les blocs au bon endroit.

« Grâce au beau temps et à un ancrage solide, notre but est de placer les blocs en béton à une distance de moins d’un mètre de la position indiquée par l’équipe de conception, rapporte le Sgt Blanchette. L’utilisation d’un récepteur GPS externe sur la grue permet d’assurer plus facilement une mise en place précise que si l’on faisait manœuvrer la barge à l’aide du GPS. »

Les blocs vont ensuite être reliés à un ensemble de 26 chaînes attachées au brise-lames.

Avant l’installation, le capitaine de port de Sa Majesté a étudié les effets possibles que l’ouvrage pourrait avoir du point de vue de la navigation sur la circulation dans le port. La construction et la mise en place ont également fait l’objet d’une étude d’impact et ont été approuvées.

Le brise-lames se trouvera à environ 14 pieds sous l’eau, il va dépasser la surface de seulement 18 pouces et devrait être entièrement fonctionnel en février.

Article reproduit avec la permission du journal Lookout