Des réservistes navals goûtent à la vie à bord d’un navire de guerre néo-zélandais

Nouvelles de la Marine / Le 13 mars 2018

Par Darlene Blakeley

Onze membres de la Réserve navale du Canada ont vécu une expérience inouïe en s’intégrant à l’équipage en service à bord d’un navire de guerre de la Marine néo-zélandaise.

Neuf maîtres d’équipage et deux cuisiniers de différentes divisions de la Réserve navale du Canada ont navigué à bord de la frégate de la classe Anzac Te Kaha de la Marine néo‑zélandaise Honolulu, à Hawaï et Victoria.

Les marins étaient à bord du navire dans le cadre du programme REGULUS, qui favorise les échanges avec les marines partenaires dans le monde entier, en offrant des possibilités de formation hors du commun et en exposant les marins canadiens aux diverses cultures des marines alliées. Tout en perfectionnant les compétences des marins, le programme REGULUS aide à resserrer les relations avec les pays alliés, en améliorant l’interopérabilité et en renforçant l’engagement envers la paix et la sécurité internationale.

Le matelot-chef Kaitlin Braithwaite, du NCSM Prevost, la division de la Réserve navale de London, en Ontario, est en quelque sorte le vecteur du déploiement de ce groupe. Pendant qu’elle travaillait et qu’elle suivait une formation comme enseignante civile dans une école élémentaire à Auckland, en Nouvelle-Zélande, elle a également pu renforcer ses compétences de maître d’équipage dans la Réserve navale. Grâce au programme REGULUS, elle a obtenu l’autorisation de naviguer à bord du Te Kaha qui a quitté Devonport, en Nouvelle-Zélande, en direction de Victoria, pour une modernisation de son système de frégate.

« Se joindre à un nouveau navire est toujours un peu intimidant, mais je n’aurais pas pu être mieux accueillie, souligne-t-elle. Chaque marin m’a souhaité la bienvenue à bord et m’a aidée à m’intégrer entièrement à l’équipage. »

Le Matc Braithwaite a pu s’intégrer à l’équipe de la passerelle des canonniers de la Marine néo-zélandaise (semblable au groupe de maîtres d’équipage) et affirme que les tâches, notamment à la vigie et comme officier de quart, sont sensiblement les mêmes.

« Cependant, après avoir quitté les rives de la Nouvelle-Zélande, il n’y avait plus grand‑chose à observer dans la vigie – nous étions en pleine mer et nous n’avons rencontré personne pendant plus de neuf jours, rapporte-t-elle. Toute mon expérience de navigation au Canada se résume à des navires de la classe Kingston, qui restent près des côtes, où l’eau est plus calme. Dès que nous avons quitté la Nouvelle-Zélande et mis le cap en ligne droite vers le Canada, l’indice d’état de la mer se situait à sept [vagues de six à neuf mètres]. »

À la mi-février, pendant son périple vers le Canada, le Te Kaha a accosté à la base navale de Pearl Harbor à Honolulu.

« Cette escale de repos et récupération m’a fait voir à quel point la Marine néo-zélandaise est accueillante. L’équipage a prévu une foule d’activités, du surf au parachutisme, en passant par la plongée en cage », explique le Matc Braithwaite.

C’est à Honolulu que dix autres membres de la Réserve navale ont rejoint le Matc Braithwaite à bord du navire, dans le cadre du programme REGULUS,

« J’étais ravie de voir des visages familiers et heureuse de pouvoir les aider à s’adapter à la vie à bord du Te Kaha », souligne-t-elle.

Elle explique qu’en maori, « Te Kaha » signifie « prouesse ou force au combat ». La devise du navire « He Ponanga Kaha » (« Service et puissance ») représente la force du navire, de la Marine néo-zélandaise et le service au pays.

« Mon expérience m’a appris que quoique des milliers de milles marins séparent la Nouvelle-Zélande et le Canada, nous sommes essentiellement les mêmes, déclare le Matc Braithwaite. Comme marins, nos valeurs et nos traditions transcendent les océans. »

Son service au sein de l’équipage du Te Kaha a pris fin le 5 mars, lorsque le navire est arrivé à Victoria, le Matc Braitwaite est convaincue que les nouvelles amitiés tissées et les leçons apprises à bord du Te Kaha persisteront toute sa vie.