Histoire de la Marine au fond du port d’Esquimalt

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 27 février 2017

On découvre beaucoup plus que des sédiments contaminés en draguant le port d’Esquimalt. Les équipes de nettoyage ont récupéré des boutons d’uniformes militaires, plusieurs médailles de service et les semelles de quelques milliers de paires de bottes.

Aujourd’hui, notre Marine royale canadienne moderne est très stricte par rapport à la politique de ne rien jeter par-dessus bord, mais cela n’a pas toujours été le cas. Après plus de 150 ans d’histoire de la Marine au port d’Esquimalt, Duane Freeman, agent principal en environnement de la BFC Esquimalt, s’attendait à trouver une certaine contamination, mais il ne s’attendait pas à trouver autant de pièces tangibles de l’histoire de la Marine.

On y a également retrouvé la tasse à café personnalisée d’un vice-amiral maintenant à la retraite, disparue il y a 30 ans. La tasse a depuis été retournée à son propriétaire. Les équipes ont aussi trouvé un portefeuille parfaitement préservé, avec une carte d’identité de la Marine datant des années 1940 ou 1950. « C’est vraiment intéressant d’essayer de retrouver les personnes à qui ces objets ont appartenu. Nous nous sommes rendu compte que ces objets racontaient en quelque sorte une partie de l’histoire de la Marine », a dit M. Freeman. Les historiens cataloguent les milliers d’articles et ils déterminent lesquels ont une valeur historique. M. Freeman prévoit que des milliers d’autres articles seront récupérés avant que les travaux de dépollution soient terminés en 2020.

Le ministère de la Défense nationale (MDN) a mis de côté 160 millions de dollars pour draguer le port d’Esquimalt, y retirer les sédiments contaminés et favoriser un environnement aquatique plus sain dans le port d’attache de la Marine de la côte Ouest du Canada. Plusieurs autres secteurs du port seront nettoyés dans le cadre du Projet d’assainissement du port d’Esquimalt, sans oublier la modernisation des jetées de la base. On utilise des grues spéciales, dotées de la technologie GPS, pour ramasser précisément le premier mètre de sédiments dans les secteurs où des polluants ont été retrouvés. Le matériel ramassé est ensuite tamisé et les contaminants sont éliminés d’une manière qui respecte les normes environnementales. C’est durant ce processus que de nombreux articles d’intérêt historique ont été découverts.

Les travaux de dragage et d’assainissement du port ont lieu conjointement avec le remplacement des vieilles jetées, les jetées A et B de la BFC Esquimalt, datant des années 1940. Ces travaux sont vitaux pour assainir l’environnement des anciens sites du port d’Esquimalt.

Article publié dans le bulletin Focus IE.