Instruction en mer pour la MRC à bord d’un navire-ravitailleur chilien

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 23 juillet 2015

Par Rachel Lallouz, Lookout

Pendant 40 jours, le navire-ravitailleur chilien AO-52 Almirante Montt donnera de l’instruction en mer aux marins de la flotte du Pacifique pour les préparer à l’arrivée des nouveaux navires-ravitailleurs de la classe Queenston au Canada.

Les NCSM Vancouver et Calgary collaboreront avec le Montt pour pratiquer les opérations de ravitaillement en mer (REM).

Cette collaboration a été officialisée par un arrangement de soutien logistique mutuel (ASLM) entre la Marine chilienne et la Marine royale canadienne suite à l’annonce en 2014 par le vice-amiral Mark Norman que les navires-ravitailleurs de la classe Protecteur seraient retirés du service.

C’est un moment particulièrement important pour la Marine alors que nous sommes en train de trouver une nouvelle méthode de rechange pour maintenir nos compétences de base, et nous le faisons avec l’aide de nos alliés, explique le Capf Clive Butler, commandant du Vancouver. Cela démontre l’esprit d’équipe que nous pouvons réaliser grâce à la collaboration. »

Trois vagues de marins, principalement des manœuvriers de la BFC Esquimalt, monteront à bord du Montt durant tout l’été à raison de quelques semaines à la fois. Alors que les Canadiens seront à bord, le personnel de la Marine chilienne leur donnera de l’instruction et de l’encadrement alors qu’ils effectueront des opérations REM. Ces opérations REM seront pratiquées quotidiennement, la majorité de celles-ci au large de la côte ouest de l’île de Vancouver.

Les opérations REM impliquent deux navires manœuvrant côte à côte à une distance de 50 verges, de même que le raccord de câbles entre ceux-ci pour transborder du combustible et d’autres charges telles que des munitions, des vivres et de l’eau.

Jusqu’à présent, nous avons pratiqué le ravitaillement de nuit, le ravitaillement de jour et une opération REM en deux points, c’est-à-dire le transfert de combustible et de ravitaillement solide, affirme le Capf Butler. Nous avons la possibilité de pratiquer sur une base régulière, ce que nous ne pouvions faire sans notre navire-ravitailleur (l’ancien NCSM Protecteur). »

Le Protecteur, seul navire-ravitailleur de la flotte déployé sur la côte Ouest, a été mis hors service après qu’un incendie ait éclaté dans sa salle des machines lors de son voyage de retour à Victoria en provenance d’Hawaï l’été dernier.

Les procédures de sécurité liées aux opérations REM et l’utilisation du matériel nécessaire à celles-ci seront également examinées à bord du Montt.

Le Capf Butler dit que l’opération n’a rencontré aucun obstacle jusqu’à présent. Même la barrière de la langue appréhendée a été surmontée, la plupart des marins chiliens parlant anglais.

 « Le plaisir de travailler avec les Chiliens est que nous utilisons des procédures communes, dit-il. Nous sommes donc en mesure d’utiliser nos connaissances établies pour renforcer le précieux savoir-faire. »