La MRC modernise son processus de développement et d’évaluation du commandement maritime

Nouvelles de la Marine / Le 4 septembre 2019

La Marine royale canadienne (MRC) modernise le processus d’élaboration et  d’évaluation du commandement maritime pour les officiers de guerre navale (OGN). Au cours de la Semaine de la gouvernance des cadres à Halifax en juin, le Conseil de la Marine a approuvé un nouveau processus d’élaboration et d’évaluation des commandements (DEC) qui évaluera le potentiel du commandement d’un OGN tout au long de sa carrière, plutôt que de se concentrer sur des événements particuliers comme les cours ou le conseil d’examen du commandement.

Le système traditionnel est conçu de façon à ce que les officiers de guerre navale qui terminent leur instruction de directeur (niveau D) et qui obtiennent une qualification de commandement de surface (QCS) doivent réussir une évaluation du potentiel de commandement sous la forme d’un examen oral ou par un « conseil » de deux à trois heures. À compter de 2020, un nouveau processus d’élaboration et d’évaluation du potentiel de commandement sera mis en place moyennant un outil d’évaluation du potentiel de commandement de surface (OEPCS) emprunté aux sous-mariniers.   

Cet outil, qui consiste en un formulaire de deux pages permettant à l’OGN de résumer son expérience pertinente à bord, sera mis à l’essai au moyen d’un test bêta. Il comprendra également une évaluation de l’OGN par son commandant par rapport aux quatre piliers de l’OGN, c’est-à-dire Leader, Marin, Guerrier, Gestionnaire, et offrira une rétroaction tous azimuts sur son style de leadership. Afin de fournir des renseignements généraux sur l’outil, tous les OGN devront tenir un journal de bord dans lequel ils consigneront le temps passé sur la passerelle et pendant les opérations ainsi que d’autres expériences pertinentes en mer et sur simulateurs. Les journaux de bord sont en cours d’élaboration par le Groupe d’instruction du personnel naval et seront semblables à ceux tenus par les équipages d’aéronef, et ils seront tenus à jour tout au long de la carrière d’un OGN. Le commandant adjoint de la flotte ou le commandant de la flotte effectuera un examen supplémentaire et fournira des commentaires afin d’assurer l’uniformité dans l’ensemble des flottes et de repérer tout talent exceptionnel.

La première version PDF de ce nouvel outil sera mise à l’essai à l’automne 2019 auprès de tous les OGN qualifiés de niveau D qui occupent des postes en mer et qui ne sont pas encore nommés à des postes de commandement. Après avoir recueilli les commentaires des évaluateurs et des personnes évaluées, l’intention est de mettre en œuvre un outil numérique lorsque le processus sera officiellement lancé en 2020.

Ce nouvel outil d’évaluation ne remplace pas le Rapport d’appréciation du personnel (RAP) qui demeurera l’évaluation officielle du rendement et du potentiel global d’un officier au sein de la MRC et des Forces armées canadiennes. Le nouvel outil servira d’outil d’aide au perfectionnement pour les OGN et fournira des commentaires au Conseil de planification de la relève de la Marine (CPRM), l’organisme de gouvernance de la gestion des talents de la MRC, qui se réunit en novembre et en avril chaque année.

L’intention sera de remplir le formulaire à l’automne (septembre/octobre) pour aider à le différencier du RAP et pour s’assurer qu’il fournit une rétroaction en temps opportun pour la session de novembre du CPRM. Afin de bénéficier du système, les OGN en poste à terre qui recherchent des possibilités de développement du commandement auront également un formulaire d’évaluation rempli pour couvrir toute période où ils sont en mer, par exemple en tant qu’officier responsable ORCA, ou opérant dans le domaine maritime, par exemple en tant que membre d’un état-major maritime en mer ou à terre.

Étant donné que l’évaluation du potentiel de commandement s’effectuera tout au long de la carrière d’un OGN, il ne sera plus nécessaire d’utiliser le conseil de commandement traditionnel et autonome. Dans le cadre de son processus d'évaluation, le cours de perfectionnement en commandement (CPC) continuera d'organiser un examen oral dans un format semblable à celui d'un conseil. Il ne s’agira pas d’une évaluation selon le principe « échec/réussite », mais plutôt d’une rétroaction sur les forces et les lacunes des stagiaires du CPC en tant que commandants éventuels. Le rapport sur le CPC et l’évaluation annuelle du potentiel de commandement de surface fourniront un dossier complet montrant la progression de chaque OGN sur le chemin du commandement.

À compter du 1er avril 2020, la QCS (partie II) sera accordée à un OGN qui a réussi le  CPC et le cours d’officier de la salle des opérations (OSO) après avoir acquis 18 mois d’expérience en mer dans un poste d’OSO. Les officiers qui estiment que leur expérience et leur rendement justifient une qualification plus précoce peuvent demander à leur commandant de flotte respectif d’obtenir la qualification après six mois de service en tant qu’OSO. Pour les réservistes, la réussite du CPC et une expérience de 12 mois de leadership en mer (à titre d’officier responsable ORCA ou d’officier en second d’un navire de défense côtière) sont les critères à respecter.

À cette date, tous les OGN de la Force régulière qui ont terminé leur service en tant qu’OSO et qui demeurent dans le groupe de commandement en surface (c.-à-d. qui n’ont pas été mutés au sein du sous-groupe professionnel d’état-major) et qui n’ont pas déjà leur qualification de commandement recevront leur QCS (partie II) tant qu’ils auront réussi leur CPC et atteint leur quotient d’expérience (QE) comme OSO. Les OGN qui demeurent dans le groupe de commandement et qui ne satisfont pas à ces critères peuvent demander au directeur général - État de préparation stratégique de la Marine un « cheminement vers la qualification » qui détaillera les exigences en fonction des circonstances de chaque personne.  

Bien qu’elle soit importante, la QCS n’est qu’un des indicateurs de l’état de préparation aux nominations de commandement, qui demeurent du ressort du CPRM. Le facteur clé n’est pas qu’un OGN possède les qualifications requises, mais qu’il a été jugé apte et prêt pour l’offre de commandement du CPRM (la décision finale étant prise par le commandant de la Marine royale canadienne). Le nouvel outil d’évaluation fera en sorte que le CPRM dispose de plus de renseignements qui sont plus détaillés sur lesquels fonder ses décisions. À l’instar des conseils de promotion du mérite, le CPRM utilise des critères de notation soigneusement étudiés pour évaluer les dossiers de façon équitable et en discuter en détail afin de choisir la liste de nominations la plus appropriée. Le rôle actif des commandants adjoints de la flotte dans la direction du processus d’élaboration et d’évaluation du commandement sur les deux côtes assurera l’équité et la cohérence du processus.

Le nouveau processus d’élaboration et d’évaluation du commandement entrera en vigueur le 1er avril 2020. Le CPRM de 2019 poursuivra le modèle actuel et seuls les officiers ayant obtenu une QCS par l’entremise du système actuel des conseils d’administration seront admissibles à une nomination. À compter de 2020, le CPRM tiendra compte de tous les officiers qui possèdent les qualifications de commandement en vertu de l’un ou l’autre système et accordera des points supplémentaires aux OGN qui détiennent l’ancienne qualification du conseil. Un dernier conseil de commandement de surface sera réalisé cet automne avant le CPRM afin de donner une dernière chance à tous les OGN ayant réussi le CPC de se qualifier dans le système actuel.