Le départ de navires marque le début de la 12e année de l’opération CARIBBE

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 23 février 2018

Par l’enseigne de vaisseau de 1re classe M.X. Déry

Les Navires canadiens de Sa Majesté Edmonton et Whitehorse prennent les devants et marquent le début de la 12e année de l’opération CARIBBE. Les deux navires ont quitté leur port d’attache à Esquimalt, en C.-B., le 16 février 2018.

L’an dernier, les Forces armées canadiennes ont aidé la Garde côtière des États-Unis à saisir et à intercepter environ 11,5 tonnes métriques de drogues illicites.

Le capitaine de corvette Brian Henwood, commandant du NCSM Edmonton, est heureux de mettre le cap sur le sud pour mener des opérations d’interdiction.

« C’est une belle occasion de dépasser l’horizon pour nous rapprocher de notre objectif », souligne-t-il.

Le Capc Collin Forsberg, commandant du NCSM Whitehorse, est d’accord. Il ajoute que l’opération a de véritables répercussions sur les gens au pays. « C’est très gratifiant de collaborer avec la Garde côtière des États-Unis. C’est une mission qui améliore la qualité de vie des Canadiens. »

Le Capc Forsberg a déjà participé deux fois à cette opération.

Le contre-amiral Art MacDonald, commandant des Forces maritimes du Pacifique, s’est récemment adressé aux médias, à San Diego, en Californie, lors du débarquement de la cocaïne saisie au cours des deux derniers mois d’opérations en 2017.

« Tout comme le chargement débarqué aujourd’hui s’inscrit dans la quantité record de drogues ayant fait l’objet d’opérations d’interdiction en 2017, soit près de 500 000 livres de drogues d’une valeur d’environ 6,6 milliards de dollars américains, une partie du chargement d’aujourd’hui est attribuable directement à la participation du Canada. »

À la fin du déploiement, la Garde côtière des États-Unis fait le bilan de la quantité de drogues saisies ou interceptées par chaque navire et remet à ce dernier des flocons rayés d’une croix pour décorer les ailerons de passerelle. Les flocons servent à reconnaître le travail acharné des membres de l’équipage et à inspirer la fierté chez ces derniers.

Le NCSM Whitehorse arbore une couche de peinture fraîche et quitte son port d’attache sans décoration sur ses ailerons de passerelle. Le NCSM Edmonton, pour sa part, affiche fièrement les sept flocons qu’il a accumulés lors de déploiements précédents.

Les objectifs de la mission sont clairs, et il n’y a aucune rivalité apparente entre les deux commandants.

« Nous allons dans la région pour nous épauler mutuellement, souligne le Capc Henwood. La réussite d’un navire est une réussite pour toute l’équipe. »

Article publié avec l’autorisation du journal Lookout.