Le matelot de 1re classe (Mat 1) Shawn Tiller

Nouvelles de l’Atlantique / Le 12 octobre 2017

En septembre 2017, le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Montréal s’est rendu en Europe de l’Ouest pour participer à NEPTUNE TRIDENT 17, un déploiement de la Marine royale canadienne. Le premier exercice de cette mission pour NCSM Montréal, FORMIDABLE SHIELD 17, est un effort de relations avec les forces alliées afin d’améliorer la performance dans un contexte de tir réel de défense aérienne et antimissile.

Le matelot de 1re classe (Mat 1) Shawn Tiller est opérateur de détecteurs électroniques (Marine), à bord du NCSM Montréal. Originaire de Westmount, au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, le Mat 1 a obtenu son diplôme de l’école secondaire Riverview, et il a étudié à l’Université du Cap‑Breton, avant de s’enrôler dans les Forces armées canadiennes, en 2011.

En s’enrôlant dans les Forces armées canadiennes, le Mat 1 Tiller souhaitait voir le monde et rencontrer des gens. Sa passion pour le bénévolat et son désir d’aider les moins fortunés ont attiré le Mat 1 Tiller dans la Marine et la profession d’opérateur de détecteurs électroniques (Marine). « J’ai participé à une mission de bénévolat de cinq semaines au Costa Rica en 2010. J’ai alors compris que j’avais le bénévolat dans le sang, souligne-t-il. De voir le sourire éclairer le visage des gens sur place est un sentiment incroyable, et la Marine m’offre la chance de le vivre. »

Dans l’exercice de ses fonctions, le Mat 1 Tiller participe au tir de canon et de lance-missiles installés à bord de grands bâtiments de guerre, il fait fonctionner les dispositifs de détection radar et radio, et il situe et identifie les sous-marins, les navires et les aéronefs amis et ennemis. Pendant son service à bord du NCSM Montréal, le Mat 1 Tiller fera partie de l’Équipe de contrôle du tir, dans le CEROS avant ou arrière (radar de conduite du tir) ou le système d’arme de combat rapproché (CIWS).

Le Mat 1 Tiller affirme qu’il aime tous les aspects de son métier. J’aime voyager de par le monde et voir comment les gens des autres pays vivent, avoir la chance d’offrir mon temps dans des pays qui n’ont pas notre chance. »