Le NCSM Iroquois tire sa révérence avec près de 43 ans de service dévoué

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 1 mai 2015

Le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Iroquois conclue officiellement aujourd’hui son service à la Marine royale canadienne (MRC) lors d’une cérémonie de fin de service à l’arsenal canadien de Sa Majesté à Halifax où les équipages actuels et passés, soldats et aviateurs le salueront pour une dernière fois.

Mis en service le 29 juillet 1972, le NCSM Iroquois a mené des opérations de sécurité domestiques et internationales avec la Flotte de l’Atlantique de la MRC. Notamment, il a pris part à la première mission d’intervention du Canada à la suite des attaques terroristes du 11 septembre 2001. En effet, il faisait partie du groupe opérationnel de la MRC qui a quitté Halifax le 17 octobre de cette même année pour mener des opérations antiterroristes dans la mer d’Oman.

« Pendant presque 43 ans, le NCSM Iroquois a protégé nos côtes, répondu aux appels de nos alliés, et contribué à rendre le monde plus sûr. Ses équipages ont servi la Marine avec distinction, » a dit vice-amiral Mark Norman, commandant de la Marine royale canadienne. « Bien que le rôle que ce navire ait joué dans les opérations navales en soit maintenant arrivé à sa fin, la mission de la Marine royale canadienne se poursuit. Les marins du NCSM Iroquois seront sollicités et continueront de voir au maintien de la réputation d’excellence de la Marine dans les opérations en mer et de se préparer à exploiter la flotte d’aujourd’hui et de demain pour répondre aux besoins d’un environnement de sécurité mondial en constante évolution. »

L’Iroquois, un destroyer de défense aérienne de zone, a servi lors de missions des Forces maritimes de l’Atlantique pour protéger la souveraineté du Canada dans l’océan Atlantique et faire respecter les lois canadiennes dans ses eaux territoriales. Le navire a aussi été déployé afin de prendre part à des missions dans le golfe Persique pour des opérations antiterroristes, et à des opérations de lutte contre le trafic de la drogue dans la mer des Caraïbes.

En 1992, l’Iroquois a été soumis au carénage du Projet de modernisation des navires de classe Tribal, qui a transformé le navire de guerre en une plate-forme de défense aérienne de zone avec des systèmes d’armes, de capteurs, de commandement et de contrôle de pointe.

L’Iroquois était le deuxième destroyer à porter ce nom. Le premier navire à porter le nom Iroquois fut construit au Royaume-Uni et a servi durant la Deuxième Guerre mondiale.

Lorsqu’un navire était mis hors service, on disait qu’il était désarmé, parce qu’on en débarquait le personnel, les armes et le matériel. Le pavillon de navire et la flamme du capitaine étaient descendus, et le navire était habituellement mis en réserve.

Aujourd’hui, l’équipage du navire l’a acclamé et a quitté son bord pour une dernière fois, suivi du commandant au son des honneurs au sifflet pendant que la flamme de mise en service, le pavillon de beaupré et le pavillon du navire étaient descendus, et que le pavillon de bâbord était hissé. Un hommage bien mérité pour un navire et ses marins qui ont servi avec distinction.