Le NCSM Ottawa participe à un exercice multinavires

Nouvelles de la Marine / Le 21 juin 2017

Par l’enseigne de vaisseau de 1re classe Sully Heraud

Après deux mois de participation à POSEIDON CUTLASS 17, les Navires canadiens de Sa Majesté Winnipeg et Ottawa ont quitté Port Klang, en Malaisie, et sont partis chacun de leur côté.

Le Winnipeg a mis le cap sur l’Inde, à l’ouest, tandis que l’Ottawa est parti vers le sud en direction des eaux internationales pour participer à un exercice multinational dirigé par la marine de la République de Singapour (RSS) en l’honneur du 50e anniversaire de cette dernière.

Dès l’aube, le NCSM Ottawa, accompagné du navire Prairial de la Marine nationale française, a rejoint huit autres navires de guerre en provenance du Japon, de la Corée du Sud, du Viet Nam, des Philippines et des États-Unis. Ce fut un spectacle saisissant de voir la frégate canadienne rejoindre l’un des plus importants rassemblements navals organisés dans la région au cours des dernières années.

Le 6e exercice multilatéral en mer du Western Pacific Naval Symposium était un exercice multinavires et multinational, dirigé par le RSS Stalwart de classe Formidable de la Marine de Singapour.

Les navires ont été divisés en deux groupes. L’Ottawa a commandé les navires sud-coréens, philippins, français et américains. Le second groupe était mené par le RSS Stalwart.

Le lieutenant de vaisseau Ryan Stanley, officier de l’armement, était ravi de voir que la participation du NCSM Ottawa à POSEIDON CUTLASS répondait aux principaux objectifs de l’exercice.

« C’était une occasion exceptionnelle pour l’Ottawa de commander un groupe d’attaque en surface pendant l’exercice multinational. Cela a rehaussé la réputation de professionnalisme de la Marine royale canadienne sur la scène internationale tout en démontrant l’engagement du Canada dans la région de l’Asie-Pacifique », souligne-t-il.

Le but principal de l’exercice était la communication et l’interopérabilité procédurale entre les pays, qui parlent différentes langues et qui ont rarement l’occasion de mener des opérations conjointes. Les participants ont fait des manœuvres, des exercices sur écran, des concours de levée du drapeau, des concours de clignotements lumineux et d’autres activités visant à promouvoir la coopération en mer au cours d’un programme de deux jours, couronné par une grande photo de groupe sur laquelle on peut voir les navires en formation serrée.

Selon le matelot de 1re classe Madeline Kuiper, communicateur naval, il était difficile de coordonner une telle quantité de navires différents simultanément.

« Établir la communication avec un autre pays est chaque fois un nouveau défi, et plus encore avec sept pays. Les publications nous enseignent une façon bien précise de faire les choses, mais il y a toujours des nuances qui se perdent dans la traduction, alors il faut s’adapter. Dans notre travail, la souplesse est une compétence essentielle. Ce genre d’exercices est le meilleur moyen d’améliorer cette compétence », explique‑t‑elle.

Le matelot de 3e classe Brayden Hart-Young raconte son expérience comme nouveau marin lors de son premier déploiement.

« La communication était notre principal obstacle. Pour un opérateur, la discipline radio et la concision sont essentielles. Pour réduire cet obstacle, nous avons mis à contribution les membres de l’équipage capables de traduire, illustrant ainsi les avantages opérationnels d’un équipage ethniquement diversifié. Apprendre comment résoudre des problèmes dans un grand groupe de travail a été une expérience d’apprentissage enrichissante. Seul un exercice de cette envergure peut offrir une telle occasion », signale-t-il.

Les dix navires de guerre ont ensuite rejoint l’important groupe de navires ancrés près de la base navale de Changi pour la première Revue internationale de Singapour, qui comptait 28 navires en provenance de 20 pays.

Les marins du NCSM Ottawa n’oublieront jamais le coucher du soleil à l’horizon de Singapour mettant en relief les silhouettes de dizaines de navires de guerre. Après avoir montré aux marines régionales la qualité des marins canadiens pendant la Revue, l’Ottawa a repris son chemin pour participer à un programme d’engagement mondial chargé.

Après sa visite à Singapour, le NCSM Ottawa a mis le cap sur le nord, vers Shanghaï, puis à Okinawa. Le navire a ensuite rejoint le NCSM Winnipeg pour le dernier volet de POSEIDON CUTLASS 17.

Avec l’autorisation du journal Lookout