Ltv Gillian Herlinger : persévérer et tenir bon

Nouvelles de la Marine / Le 19 novembre 2020

Le lieutenant de vaisseau (Ltv) Gillian Herlinger s’est enrôlée dans la Marine royale canadienne (MRC) à tout juste 19 ans, parce qu’elle avait toujours été attirée par des activités et des emplois non traditionnels, et parce qu’elle avait fait un pacte avec un ami.

« Un ami qui avait été cadet de la Marine m’a dit qu’il avait toujours pensé à s’enrôler au sein de la Réserve navale », se rappelle le Ltv Herlinger.

« Nous avions convenu de nous enrôler au sein de la Réserve ensemble; toutefois, il a continué à procrastiner, et un jour, je me suis tout simplement rendue au bureau de recrutement sans lui. Finalement, il ne s’est jamais enrôlé, et pour ma part, j’ai tant aimé mon expérience que deux ans plus tard, j’ai effectué le transfert à la Force régulière. »

Au cours de ses 25 années de service, le Ltv Herlinger a connu une carrière riche en expériences, au cours de laquelle elle a occupé de nombreux postes différents.

« Je me suis enrôlée à l’origine comme opérateur de sonar, mais à la moitié de ma carrière, j’ai postulé au Programme de formation universitaire – Militaires du rang (PFUMR) et j’ai été acceptée pour devenir officier de guerre navale », a déclaré le Ltv Herlinger.

« J’ai trouvé l’instruction d’officier de guerre navale et la quête subséquente d’un certificat de quart à la passerelle très difficiles. En tant que militaire du rang (MR) et qu’étudiante universitaire, je n’avais jamais connu d’échec dans ma carrière. Il y a eu des moments où j’étais certaine que je n’y arriverais jamais, mais en fin de compte, j’ai réussi. »

Cependant, le Ltv Herlinger n’a pas atteint ce succès seule, car elle a obtenu le soutien de son officier de navigation à bord du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Vancouver, le Ltv Amy Clements.

« C’était une personne pour qui le mentorat venait si naturellement qu’elle le faisait paraître sans effort. Elle a tellement travaillé pour m’aider, ainsi que tous les autres enseignes de vaisseau de 1re classe. »

Au fil du temps, le Ltv Herlinger a réussi à surmonter les défis de son nouveau rôle au sein de la MRC en raison de la façon dont la MRC conçoit ses programmes d’instruction et d’éducation.

« Dans la Marine, nous croyons que nous pouvons former presque tout le monde. Si un candidat ne réussit pas quelque chose, ou s’il n’a pas d’aptitude naturelle, il est encouragé à continuer jusqu’à ce qu’il réussisse », a-t-elle expliqué.

« Notre système d’instruction et de qualification est fondé sur la compréhension que l’échec n’est pas un absolu, mais plutôt quelque chose qui nous rend meilleurs et plus forts. En fin de compte, j’ai simplement persévéré, j’ai étudié avec acharnement et j’ai tenu bon. »

Parmi les faits marquants de sa carrière, on peut citer sa dernière affectation en tant qu’officier de pont (O Pont) sur le NCSM Ottawa.

« Je suis presque certaine qu’après avoir pris ma retraite de la Marine, je dirai probablement que mon rôle préféré est celui que je viens de terminer comme officier de pont sur une frégate en déploiement. J’ai vraiment adoré mon expérience en tant qu’officier de pont du NCSM Ottawa. »

Parmi les autres faits marquants de sa carrière, on peut citer tous les endroits du monde que le Ltv Herlinger a pu visiter avec la MRC, tels que l’Australie, le Chili, Hong Kong, la Nouvelle‑Zélande, Pago Pago, Singapour et la Thaïlande, ainsi que les amitiés de longue date qu’elle a pu entretenir au fil des ans. Elle est également reconnaissante d’avoir eu l’occasion de jouer au hockey féminin au sein des Forces armées canadiennes pendant la plus grande partie de sa carrière.

« Quand j’avais neuf ans, je voulais désespérément jouer au hockey. Mes parents m’ont donc emmenée à la patinoire locale pour découvrir comment je pouvais y jouer. La coordinatrice du programme, une dame aux cheveux blancs et à l’air condescendant, m’a regardée avec ses lunettes de style écailles de tortue et m’a dit : "Je suis désolée, ma chère. Les filles ne jouent pas au hockey. Pourquoi ne pas faire du patinage artistique?" », se souvient le Ltv Herlinger.

« On ne devrait jamais dire à un enfant qu’il n’est pas autorisé à faire ou à être quelque chose parce qu’il est de sexe féminin, ou pour toute autre raison discriminatoire. »

Lorsqu’on lui a demandé ce qu’elle dirait à une personne qui envisage de s’enrôler dans la MRC, le Ltv Herlinger a répondu ce qui suit :

 « Allez-y! Ce n’est pas seulement une carrière fantastique, c’est une vie incroyable. Je pense que les jeunes d’aujourd’hui hésitent parfois à se lancer dans une carrière militaire parce qu’ils perçoivent les forces armées comme une sorte d’organisation autoritaire de la vieille école, ce qui ne correspond pas à ce que recherchent les jeunes d’aujourd’hui. Eh bien, croyez-le ou non, les forces armées ne sont pas comme vous les imaginez. C’est un endroit très bien pour les jeunes, en particulier pour ceux qui ont du mal à s’épanouir dans un cadre professionnel plus traditionnel. »