Maître de 2e classe Sara Harris : une tradition de service

Nouvelles de la Marine / Le 5 novembre 2020

Le maître de 2e classe (M 2) Sara Harris est administratrice des services financiers à bord du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Winnipeg. Elle est entrée dans la Marine royale du Canada (MRC) en tant que réserviste au NCSM Chippawa pour un emploi d’été afin d’aider à payer ses études universitaires.

« Je me suis enrôlée dans la MRC au NCSM Chippawa pour un emploi d’été il y a 30 ans, c’était ça ou planter des arbres pour payer l’université, et je suis toujours là! Je sers à bord du Winnipeg en compagnie de quelqu’un avec qui j’ai fait l’entraînement de base au Chippawa et que, jusqu’à cette affectation, je n’avais pas vu depuis une trentaine d’années ».

L’un des plus grands défis que le M 2 Harris a dû relever pendant sa carrière au sein de la MRC a été de passer de la Réserve à la Force régulière.

« Cela impliquait de quitter la côte est après de nombreuses années passées là‑bas. C’était une véritable épreuve, car mes parents avaient choisi de quitter Winnipeg pour prendre leur retraite en Nouvelle‑Écosse quelques années plus tôt, explique le M 2 Harris.

« Cependant, j’avais une citation de John Wooden dans le bloc-signature de mes courriels professionnels : « Les choses tournent bien pour quiconque sait s’accommoder des situations qui se présentent. » C’est ce que je me répète quand je suis confrontée à des défis ».

Le M 2 Harris a décidé de passer à la Force régulière après avoir travaillé presque dix ans dans le secteur privé et, selon elle, le plus grand contraste tient aux liens étroits qu’elle tisse avec ses camarades de bord.

« La camaraderie est ce qu’il y a de mieux au sein de la MRC. L’occasion de rencontrer des gens de tout le pays et de travailler avec eux est aussi vraiment géniale, mais la principale raison pour laquelle je suis passée de la Réserve à la Force régulière était de pouvoir naviguer sur une frégate canadienne de patrouille, ce que je fais en ce moment! C’est mon travail préféré jusqu’à présent », explique le M 2 Harris.

Le NCSM Winnipeg est actuellement déployé dans le cadre de l’Op NEON, la contribution canadienne à un effort multinational coordonné pour soutenir l’application des sanctions imposées à la Corée du Nord par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Bien que cette affectation soit l’aboutissement de trente ans de préparation pour le M 2 Harris, elle a vécu l’expérience la plus mémorable et la plus marquante au sein de la MRC à la Base des Forces canadiennes (BFC) Borden, en Ontario, lorsqu’elle était réserviste.

« Mon expérience la plus mémorable a été de rencontrer mon mari lorsque nous avons suivi le même cours professionnel à la BFC Borden, alors qu’il était réserviste dans l’Armée canadienne et que j’étais réserviste dans la Marine », a‑t‑elle déclaré.

« Je ne vois pas comment nous nous serions rencontrés autrement, car nous venons de différentes régions du pays et appartenons à différents éléments des Forces armées canadiennes ».

Le jour du Souvenir, le M 2 Harris souhaite que nous prenions conscience « que nous avons tellement de raisons d’être reconnaissants au Canada. Nous pouvons parfois tenir la démocratie pour acquis, mais il y a des endroits dans le monde où elle est actuellement menacée ou inexistante ».

La famille du M 2 Harris a une longue tradition de service militaire, dont celui de ses arrière‑grands-pères, qui remonte à la guerre des Boers, jusqu’au service d’un oncle pendant la guerre de Corée, et maintenant son service actuel dans la MRC.

« Le Canada n’est pas une superpuissance, mais nous avons prouvé à maintes reprises que nous avons un rôle important à jouer sur la scène mondiale », a déclaré le M 2 Harris.

 Dans cette optique, elle propose cette citation de l’anthropologue culturelle américaine Margaret Mead : « Ne doutez jamais qu’un petit groupe de citoyens engagés et dévoués peut changer le monde; en fait, c’est toujours ainsi que le monde a changé. »