Mission accomplie pour deux réservistes navals participant à l’Opération ARTEMIS

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 9 avril 2015

Par le Capc Bruno Tremblay, OAP, FOM 150

Deux réservistes navals sont rentrés au bercail au début du mois d’avril après avoir complété une mission de quatre mois au Moyen-Orient en tant que membres de la dernière rotation menée par le Canada de la Force opérationnelle multinationale 150 (FOM 150), la contribution canadienne la plus récente à l’Opération ARTEMIS.

Du 4 décembre 2014 au 6 avril 2015, le Canada a été choisi pour commander la FOM 150, soit la force opérationnelle des Forces maritimes combinées chargée de la sécurité maritime et du contre-terrorisme. La FOM 150, établie à Manama, à Bahreïn, a pour mandat de promouvoir des conditions favorables à la sécurité et à la stabilité dans les eaux de la région du Moyen-Orient et de l’Ouest de l’océan Indien.

Pendant ce déploiement, l’état-major du commandement de la FOM 150 a réuni un large éventail de talents. L’équipe était composée de 17 membres de la Marine royale canadienne (MRC), trois membres de l’Armée canadienne, deux membres de l’Aviation royale canadienne, deux employées de la fonction publique du Canada, ainsi que sept membres de la Marine royale australienne (RAN). L’état-major multidisciplinaire était entièrement intégré, doté de membres ayant des antécédents complémentaires, y compris des réservistes.

Le contingent canadien comprenait, entre autres, le Ltv Andrew Foran, officier des opérations maritimes du NCSM Moncton, et le Ltv Hans Jonker, instructeur en renseignement de l’École navale des Forces canadiennes Québec. Leur rôle consistait à prêter main-forte au quart de combat de l’état-major du commandement, à titre respectivement de capitaine et d’analyste du quart de combat.

Le Ltv Foran, un de trois capitaines de quart de combat assurant en tout temps la surveillance de la zone de responsabilité de la FOM 150, assurait le rôle de commandant du quart de combat, orientant les navires et les aéronefs relevant de la FOM 150, et coordonnant la transmission de renseignements entre les unités et le quartier général.

« Je pense que pour moi, l’un des plus grands défis liés au poste a été de maintenir une connaissance exhaustive de la zone d’opérations, affirme le Ltv Foran. La zone de la FOM 150 est immense; sa superficie de plus de deux millions de miles carrés s’étend sur la mer Rouge, le golfe d’Aden, le golfe d’Oman, le Nord de la mer d’Arabie et l’Ouest de l’océan Indien. Se familiariser avec la zone d’opérations a été essentiel à l’exercice de mes fonctions, puisqu’à titre de capitaine de quart de combat, nous sommes redevables autant aux navires et aux aéronefs que nous contrôlons et appuyons. »

Même si ce déploiement n’a pas été le premier auquel il prenait part, (le Ltv Foran a effectué quatre missions dans le cadre de l’Opération CARIBBE au cours des neuf dernières années et a travaillé au Soudan du Sud comme observateur militaire pendant l’Opération SAFARI, en 2010), il a néanmoins été très enrichissant.

« Ce déploiement m’a permis de vivre l’incroyable expérience d’un environnement interarmées/combiné. M’étant acquitté de fonctions tactiques au cours de plusieurs opérations de sécurité maritime dans les Caraïbes, il était très intéressant d’occuper un poste de niveau opérationnel dans une nouvelle zone d’opérations, explique le Ltv Foran. C’était également une belle occasion de m’intégrer et de travailler étroitement avec des membres de la RAN. Ils font preuve d’un grand professionnalisme et c’était plaisant de travailler avec eux. Mon adjoint de quart de combat était un maître australien et nous nous entendions très bien. »

Le Ltv Jonker confirme les propos de son collègue : « Faire partie intégrante de la FOM 150 a été une merveilleuse expérience professionnelle et personnelle, affirme-t-il. Tout déploiement constitue pour les réservistes navals une rare occasion de mettre en pratique notre entraînement dans un contexte opérationnel. Une fois à la maison, l’expérience acquise peut être transmise aux autres réservistes pour améliorer la compréhension de tous. »

Lorsqu’on leur demande si l’expérience était à refaire, les deux officiers répondent avec enthousiasme qu’ils n’hésiteraient pas une seconde à saisir une telle occasion.

« Cette mission a été particulièrement bonne pour moi, car j’ai eu l’occasion de travailler étroitement avec des membres chevronnés de la MRC et de la RAN. Sans l’ombre d’un doute, l’expérience m’a permis de devenir un meilleur opérateur », conclut le Ltv Jonker.

Les deux hommes recommandent fortement aux autres réservistes de participer à de tels déploiements, si l’occasion se présente. « Il est très avantageux pour votre unité d’appartenance et la Marine de renforcer votre carrière au moyen d’expériences opérationnelles. C’était aussi très satisfaisant sur le plan personnel. J’encourage tout autre réserviste à saisir de telles occasions de déploiement », soutient le Ltv Foran.

Pour ces membres, la mission au sein de la FOM 150 est maintenant terminée et ils profitent d’un congé bien mérité en compagnie de leurs proches avant de relever le prochain défi. Le Ltv Jonker occupera un poste d’officier de recrutement à Montréal, tandis que le Ltv Foran exercera les fonctions de commandant en second du NCSM MONCTON.

La FOM 150 en bref

La participation récente du Canada à la FOM 150 s’insère dans le cadre de l’Opération ARTEMIS, c’est-à-dire la contribution continue des Forces armées canadiennes aux opérations de contre-terrorisme et de sécurité maritime dans la région de la mer Rouge, du golfe d’Aden, de la mer d’Arabie, du golfe d’Oman et de l’océan Indien.

Les effets de la mission de la FOM 150 sont durables. Par l’intermédiaire d’opérations de sécurité maritime, de coopération régionale et d’activités de renforcement des capacités, la FOM 150 a pour mandat de dissuader et d’empêcher les organisations terroristes de perpétrer des attaques maritimes contre les forces alliées ou des navires marchands, et d’utiliser les mers pour le transport de marchandises illicites, notamment du charbon somalien, des stupéfiants et des armes, pour financer leurs activités illégales.

Les opérations de sécurité maritime permettent également d’assurer la sûreté et la sécurité des navires marchands sur des routes maritimes qui sont parmi les plus fréquentées de la planète, tout en faisant la promotion d’un ordre maritime légitime. Les navires de la FOM 150 sont amenés régulièrement à aider des navigateurs en détresse et à fournir de l’aide dans ces voies navigables très achalandées.

 Le commandement de la FOM 150 est confié aux nations participantes selon une base de rotation, pour une période de quatre à six mois. Le 6 avril 2015, le Canada a cédé le commandement à la France, au terme du deuxième commandement canadien de la force opérationnelle.