Reprise de l’entraînement de la Marine dans le cadre d’un plan en quatre phases

Nouvelles de la Marine / Le 29 juillet 2020

Par Peter Mallett

L’entraînement des militaires a commencé avec une réouverture progressive et par étapes des installations dans tout le pays.

La Marine royale canadienne (MRC), par l’entremise du Groupe du personnel et de l’instruction de la Marine (GPIM), a réactivé son système d’entraînement naval (SEN) dans le cadre de la première des quatre phases d’un plan de reprise fondé sur des conditions, conformément aux directives de santé publique.

« La reprise de l’entraînement de la Marine repose sur un ensemble de conditions préalables délibérément sélectionnées et approuvées qui mettent l’accent sur la protection de la santé des membres de l’Équipe de la Défense et des employés civils », a déclaré le capitaine de vaisseau (Captv) Jason Boyd, commandant du GPIM.

Le plan de réouverture en quatre phases a été annoncé le 1er juin, conformément aux directives du chef d’état-major de la défense. Il a été élaboré selon les paramètres d’un environnement opérationnel où persiste la COVID-19, et il est associé au mandat du système d’entraînement en vue de soutenir la préparation et la mise sur pied de la flotte de la MRC.

Le siège social du GPIM est à Esquimalt, en Colombie-Britannique. Le GPIM est composé de neuf unités situées dans trois régions du pays : l’Atlantique, le Pacifique et le Québec. Au total, environ 1 980 membres du personnel militaire et civil soutiennent le perfectionnement des compétences et l’instruction par l’entremise des écoles navales de l’Atlantique, du Pacifique et du Québec, des centres de développement de l’instruction navale de l’Atlantique et du Pacifique et des centres de coordination du personnel de l’Atlantique, du Pacifique et du Québec, pour environ 8 200 étudiants dans tout le pays au cours d’une année type. Bien entendu, l’année 2020 n’est pas une année type.

La phase 1 de la réouverture, la phase élémentaire, a été marquée par la reprise d’un cours dans chacune des cinq divisions de l’École navale (Pacifique) : Génie des systèmes de marine, matelotage, génie des systèmes de combat, division de combat et d’opérations, et de cours semblables dans les centres d’instruction de l’Atlantique et du Québec.

Selon le Captv Boyd, il s’agissait de reprendre les cours les moins complexes et de courte durée, tout en mettant à l'essai les procédures et les protocoles en vue d’assurer des opérations efficaces dans un contexte où persiste la COVID-19.

Le GPIM prévoit passer à la phase 2 à la fin de juillet. L’étape de mise en œuvre consiste en une augmentation progressive et prioritaire de 42 cours d’instruction à l’échelle du Canada.

D’autres augmentations de l’offre de cours au sein des divisions d’instruction, y compris les cours destinés au personnel de la Réserve navale, auront lieu au cours de la phase 3 de l’opération, pour autant que les mesures de protection de la santé des forces puissent être respectées.

Le Captv Boyd explique que la quatrième et dernière phase s’appuiera sur les enseignements tirés des trois premières phases et verra une augmentation de l’instruction à des niveaux qui égalent ou dépassent les taux prépandémiques tout en respectant les directives provinciales et municipales en matière de santé et de sécurité.

« La phase 4 se poursuivra tant que le SEN fonctionnera dans un environnement où persiste la COVID-19 et se terminera lorsque je l’indiquerai », a déclaré le Captv Boyd.

Mesures de sécurité et de protection

Les mesures de santé publique adoptées sur ordre du médecin général des Forces armées canadiennes sont strictement respectées et ne sont pas négociables, déclare le Captv Boyd. La distanciation physique en restant à deux mètres l’un de l’autre est la norme, et dans les situations où cela n’est pas possible, des masques non médicaux doivent être portés.

La configuration des salles de classe a été conçue pour assurer la distanciation physique, et des mesures de nettoyage et d’assainissement renforcées pour débarrasser les points de contact du virus ont été mises en œuvre.

Comme la MRC n’a jamais dans son histoire interrompu ses opérations d’entraînement, le plan de reprise a été une entreprise imposante et sans précédent; la prudence et l’inquiétude extrêmes ont toujours été le principe primordial, a déclaré le Captv Boyd.

Il a également fait remarquer qu’en raison de la nature hautement contagieuse du virus de la COVID-19, ce n’était pas seulement la santé des marins et des employés qui était prise en compte lors de l’élaboration du plan de reprise, mais aussi de leurs familles et des communautés dans lesquelles ils vivent.

« En fin de compte, c’est le virus qui se trouve sur le siège du conducteur et qui va nous dicter la manière de faire les choses », a déclaré le Captv Boyd.

« Peu importe les mesures d’atténuation que nous mettrons en place, si les tendances indiquent que ces mesures ne fonctionnent pas, nous agirons en conséquence et nous suivrons les indications des responsables de la santé publique. »