Un entraînement renforcé crée un deuxième groupe d’élite de spécialistes des équipes d’arraisonnement de navires

Nouvelles de la Marine / Le 8 décembre 2015

Par Peter Mallett

Les marins du nouveau programme de l’Équipe d’arraisonnement de navires renforcée (EANR) avaient un dernier test à passer avant d’obtenir leur diplôme le 29 octobre 2015. Afin de recevoir leur certificat du cours d’opérateur technique maritime, les huit finissants devaient tout d’abord sécuriser la jetée Alpha de l’arsenal de la Base des Forces canadiennes Esquimalt. Après leur arrivée des installations d’entraînement d’Albert Head à bord d’embarcations pneumatiques à coque rigide, les membres de l’équipe, revêtus de l’attirail de combat complet, ont grimpé sur les parois du quai, se sont dispersés, ont procédé à un balayage exhaustif des lieux et ont finalement donné le signal de fin d’alerte.

La cérémonie de remise des certificats a ensuite eu lieu. « Vous êtes le fer de lance des capacités d’arraisonnement », de dire le capitaine de vaisseau David Mazur, du Quartier général des Forces maritimes du Pacifique. « L’élan de ce programme augmentera au cours des quelques prochaines années, et vous en êtes tous des pionniers. »

Les 13 recrues du premier groupe du programme de l’EANR l’ont terminé avec succès en avril 2015. La remise des certificats à ce deuxième groupe fait progresser d’autant la première phase du développement des capacités de l’équipe d’arraisonnement de navires de l’avenir, présentée dans le Plan directeur de la MRC. On prévoit produire un bassin de 70 à 100 diplômés du cours de l’EANR au fil des quelques prochaines années.

« Ce sont des spécialistes, non pas des généralistes, et ils ont besoin d’un niveau d’entraînement de plus en plus complexe et élevé afin d’obtenir les qualifications nécessaires pour ce travail. Ils sont mieux formés pour faire face aux situations incertaines ou chaotiques susceptibles de se produire durant leurs déploiements », explique le capitaine de corvette Wilfred Lund, commandant du Groupe des opérations tactiques maritimes (GOTM).

Les diplômés ont suivi un entraînement tactique avancé pendant 14 semaines qui comprenait le combat corps à corps, l’identification des dispositifs explosifs de circonstance, les combats en situation rapprochée, le tir tactique et une formation avancée en premiers soins.

« Beaucoup de travail est consacré à tout ce que nous avons appris », de dire le matelot de 1re classe Brandon Smith. « Même si nous n’avons eu besoin que de 15 minutes pour sécuriser la jetée, il a fallu au préalable beaucoup de préparation en coulisses. Deux ou trois jours de planification ont été nécessaires pour l’exécution de cette tâche, et cela m’a vraiment fait voir à quel point notre nouveau travail est exigeant. »

 Le premier maître de 2e classe Brent Bethell, un membre du GOTM, a ajouté : « La capacité de l’EANR donnera à la Marine, et aux Forces armées canadiennes dans leur ensemble, l’agilité, la souplesse et l’expertise tactique nécessaires pour affronter et neutraliser toute une gamme de menaces dans des environnements opérationnels à hauts risques. »