Un navigateur de la MRC assure le succès d’une mission dangereuse en Corée

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 25 mars 2021

La nuit était tombée sur les eaux infestées de mines du fleuve Taedong en Corée.

Le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Cayuga avançait prudemment petit à petit, à la tête de cinq autres destroyers, dont les NCSM Athabaskan et Sioux.

Le 5 décembre 1950, des navires de guerre avaient pour mission de faciliter l’évacuation des troupes de Chinnampo, le port de Pyongyang, où elles étaient menacées par l’avancée des soldats ennemis.

Il s’agissait d’une opération périlleuse. Le chenal était étroit et peu profond, et les Nord-Coréens l’avaient truffé de mines. Deux navires se sont échoués et ont dû faire demi-tour pour être réparés. Les quatre autres destroyers, dirigés par le Cayuga, ont remonté le chenal lentement et prudemment, ce qui a constitué un périple éprouvant pour les nerfs.

Le lieutenant (Lt) Andrew Collier, membre de la Marine royale du Canada (MRC) et officier de navigation du Cayuga, était chargé d’assurer le passage en toute sécurité du navire. 

Le lieutenant Collier a effectué 132 relevés de position cette nuit-là, la plupart au moyen d’un radar, pour déterminer la position du navire par rapport aux bouées repères du chenal et aux points de repère à proximité, et la précision de sa navigation a sans aucun doute joué un rôle important dans le succès de toute l’opération.

Il a reçu la Croix du service distingué pour son travail cette nuit-là.

Une fois les troupes évacuées en toute sécurité, les destroyers ont bombardé le port pour détruire les lignes de chemin de fer, les installations portuaires et les énormes stocks de matériel stratégique qui ont dû être laissés sur place. Le lendemain, tous les navires avaient quitté le chenal et la mission était pleinement terminée. 

Le Lt Collier était loin de chez lui. Né à Kamloops, en Colombie-Britannique, en 1924, il s’enrôle dans la MRC au plus fort de la Seconde Guerre mondiale, à peine âgé de 18 ans. Il sert pendant 38 ans, dont deux ans comme commandant du Commandement maritime (chef de la MRC), de 1977 à 1979.

Il occupe plusieurs postes de commandement, tant en mer qu’à terre.

Il devient commandant du destroyer NCSM Skeena en 1960, capitaine de l’Instruction en mer relevant de l’officier général de la côte de l’Atlantique en 1962, et directeur des Projets de la marine au Quartier général de la Défense nationale en 1964. Il devient ensuite directeur des plans internationaux en 1965, commandant du septième escadron d’escorte canadien en 1966 et sous-chef d’état-major de l’Instruction maritime en 1967.

Il devient ensuite sous-chef d’état-major (préparation au combat) en 1970, commandant de la flottille canadienne (Atlantique) en 1972 et officier supérieur de liaison (Marine) au sein de l’état-major de liaison de la Défense à Washington, D.C. en 1973. Ses dernières nominations sont celles de chef des Opérations maritimes en 1974, de commandant des Forces maritimes du Pacifique en 1975 et de commandant du Commandement maritime en 1977, année où il est reconnu comme commandeur de l’Ordre du mérite militaire.

L’une des dernières mesures qu’il prend à la tête de la MRC est de réclamer davantage de navires. Il est un ardent défenseur d’une flotte navale canadienne forte pour contrer l’établissement de troupes du Pacte de Varsovie pendant la guerre froide.

Il prend sa retraite en 1979, lorsqu’il a le grade de vice-amiral. 

Après son service dans la MRC, il est commissaire de la Garde côtière canadienne et président de la British Columbia Ferry Corporation.

Le Vam (retraité) Collier est décédé en 1987 à Victoria à l’âge de 62 ans.