Une autre première pour l’hélicoptère CH148 Cyclone

Nouvelles de la Marine / Le 1 novembre 2016

Par le capitaine Peter Ryan

Un hélicoptère CH148 Cyclone de la 12e Escadre Shearwater a récemment participé à son premier exercice de lutte anti-sous-marine avec le navire canadien de Sa Majesté (NCMS) Windsor au large de la Nouvelle‑Écosse.

Cet exercice était lié aux essais et évaluations opérationnels (EEO) qui sont en cours à l’Installation d’évaluation et d’essais opérationnels – Hélicoptères (IEEOH) de la 12e Escadre.

La lutte anti-sous-marine est un volet de la guerre sous-marine aux fins de laquelle on emploie des navires de guerre de surface, des aéronefs et d’autres sous-marins pour repérer, suivre et dissuader, endommager ou détruire des sous‑marins ennemis. C’était la première fois qu’un Cyclone prenait part à une telle activité, et cette participation représente une étape importante dans l’évolution de ce nouvel hélicoptère qui donne des ailes à la flotte et qui fournit à l’Aviation royale canadienne une puissance aérienne de pointe.

Selon le major Erik Weigelin, pilote à l’IEEOH, le système de traitement des données provenant des bouées acoustiques, qui se trouve à bord du Cyclone, a été mis à l’essai en vue de détecter et de suivre le NCSM Windsor au moment où le navire utilisait des bouées acoustiques passives.

« Ce système permet de suivre les sous-marins sans faire de bruit et d’empêcher ainsi le sous-marin de repérer l’emplacement de l’hélicoptère ou encore de savoir s’il est suivi. L’utilisation de bouées acoustiques peut rendre la lutte anti-sous-marine très difficile, mais le fait d’avoir le Windsor comme cible a permis à l’équipage de perfectionner l’équipement et d’établir une base solide des capacités du système en ce qui concerne le repérage de sous-marins réels », a précisé le major Weigelin.

Pendant que le Windsor accomplissait d’autres tâches, l’équipage du CH148 a utilisé des cibles mobiles et non récupérables d’entraînement à la guerre anti-sous-marine pour simuler les mouvements des sous-marins et la courbe de bruit, et cela a permis au personnel de l’IEEOH de perfectionner les procédures tactiques qui seront utilisées par les équipages opérationnels après la mise en service du CH148.

Selon le major Weigelin, « il faut d’abord régler l’équipement de façon précise et efficace et établir des procédures claires, concises et facilement reproductibles pour optimiser l’efficacité du rendement de l’équipage dans des situations tactiques difficiles. Ces procédures doivent être mises en pratique pour s’assurer que la capacité opérationnelle des équipages de première ligne est à son maximum quand ceux-ci participeront à un déploiement avec le Cyclone ».

Pendant la semaine qu’ils ont passée en mer, les équipages du CH148 ont mené des EEO ayant duré 16 heures à bord du NCSM Montréal, le premier navire à prendre en charge un détachement de l’IEEOH. Les EEO en cours ont pour but de continuer à évaluer l’efficacité au combat de l’hélicoptère, d’élaborer des procédures tactiques et de valider la doctrine avant de confier le nouvel hélicoptère maritime aux escadrons de première ligne.

Un CH148 fera progresser les EEO prévus en participant à des exercices combinés de lutte anti-sous-marine dans l’océan Atlantique de la fin d’octobre à la mi-novembre.