Une Force puissante et inaperçue de la sécurité maritime du Canada

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 17 décembre 2015

Le NCSM Windsor retourne au pays à la suite d’exercices multinationaux outremer

Le sous-marin de Sa Majesté (NCSM) Windsor est rentré à Halifax le 17 décembre 2015 à la suite d’un déploiement de 101 jours outremer, dans les eaux de l’Europe occidentale. Le sous-marin participait aux exercices interarmées multinationaux JOINT WARRIOR et TRIDENT JUNCTURE.

Le NCSM Windsor et les navires NCSM Athabaskan, Halifax, Montréal, Goose Bay, et Summerside ont appareillé au début de l’automne.

Ces exercices ont le but d’améliorer la préparation au combat et l’interopérabilité entre unités ainsi que de confirmer leur état de préparation à des missions opérationnelles. La participation du personnel des Forces armées canadiennes et des ressources de la MRC à ce genre d’exercices renforce la capacité du Canada à mener des opérations avec nos alliés de l’OTAN et contribue à gérer les enjeux en matière de sécurité internationale dans le milieu changeant et exigeant dans lequel nous évoluons.

« Félicitations à l’équipage du NCSM Windsor pour un déploiement outremer très réussi, a dit l’honorable Harjit Singh Sajjan, ministre de la Défense nationale. Les sous-marins sont un atout clé des Forces armées canadiennes et leurs équipages sont des professionnels dévoués. Votre performance sur la scène internationale donne raison à la fierté que portent tous les canadiens à votre égard. »

Le NCSM Windsor était la dernière unité canadienne à rentrer à Halifax à la suite de ces exercices multinationaux. L’équipage du Windsor a eu l’occasion de travailler avec d’autres pays à maints égards, ce qui renforce notre interopérabilité avec nos partenaires de défense. Ils ont aussi participé à des opérations interarmées avec des membres des Forces d’opérations spéciales canadiennes.

« Ce déploiement constitue un jalon important pour la force sous-marine canadienne, a souligné le vice-amiral Mark Norman, commandant de la MRC. Il s’agissait en effet du plus loin déploiement jamais complété pour un sous-marin pour la classe Victoria.  Ce fut une complète réussite. Il a témoigné de l’état de préparation de notre force et de notre solide capacité à appuyer l’OTAN, les Forces armées canadiennes et nos partenaires internationaux. »

La participation de plus de 800 marins de la MRC à TRIDENT JUNCTURE cette année, en a fait l’exercice maritime de l’OTAN ayant le plus d’envergure auquel le Canada ait participé en vingt ans. Les canadiens ont œuvré aux côtés de militaires de forces armées de plus de 34 pays, y compris 60 navires de guerre et 120 aéronefs.

« Le retour du NCSM Windsor clôt un déploiement très réussi de six navires de quatre classes différentes de la Flotte canadienne de l’Atlantique. Je suis immensément fier des équipages de chaque bâtiment et j’éprouve de la reconnaissance envers leur famille pour leur soutien durant ce déploiement et tous les autres. »

-  Commodore Craig Baines, commandant de la Flotte canadienne de l’Atlantique

Des unités du Canada, de la Pologne, de la France, de l’Allemagne, du Danemark, de l’Australie, des États-Unis, du Royaume-Uni et du personnel d’autres pays ont pris part à l’exercice TRIDENT JUNCTURE.

JOINT WARRIOR est un exercice semi-annuel organisé par la marine britannique auquel participent plusieurs pays de l’Europe occidentale de même que le Canada et les États-Unis. Il a pour objet d’offrir aux participants un environnement d’apprentissage tactique stimulant axé sur les exercices à grande échelle mettant à contribution de nombreuses unités maritimes et aériennes.

À la suite des exercices JOINT WARRIOR et TRIDENT JUNCTURE, le NCSM Windsor a participé à des exercices aux côtés de la Marine Nationale (marine française) dans l’ouest de l’Atlantique.

« Durant ce long déploiement, l’équipage du NCSM Windsor a démontré l’atout important que sont les sous-marins pour la guerre maritime : ils sont furtifs, efficaces dans les opérations interarmées et capable d’influencer considérablement l’environnement stratégique maritime en réponse aux forces ennemie. Je suis extrêmement fier du Windsor et tout son équipage, Bravo Zulu! » a dit le capitaine de vaisseau Jamie Clarke, commandant de la Force sous-marine canadienne.

La Force sous-marine canadienne est un atout stratégique militaire important pour le Canada. Les sous-marins sont des guerriers inaperçus. Ils sont furtifs, létaux et tenaces, des vaisseaux idéaux pour assurer la surveillance et recueillir des renseignements. Ils bénéficient d’une liberté d’action et d’une indépendance inégalée qui leur permet d’intervenir où et quand les autorités politiques le décident. En cas de crise imminente, leur présence peut influer profondément sur le processus décisionnel régional et, si la dissuasion échoue, leur capacité de frapper d’une façon létale peut contribuer de façon décisive aux opérations de combat, qu’il s’agisse de défendre les bâtiments de surface ou de menacer les forces adverses.