L’œil du NCSM Winnipeg dans le ciel

Nouvelles de la Marine / Le 17 novembre 2020

Par le capitaine Chelsea Dubeau

Le système de sonorisation du navire émet à peine quatre petits bruits que l’on entend : « postes d’envol! »

L’hélicoptère maritime CH‑148 Cyclone du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Winnipeg se trouve sur le pont d’envol tandis que l’équipage se prépare à décoller. Il s’agit d’une journée ordinaire pour les membres du détachement aérien, qui doivent s’assurer que le CH‑148 Cyclone du NCSM Winnipeg est prêt pour la tâche à accomplir.

L’indicatif d’appel du CH‑148 Cyclone du NCSM Winnipeg est « Stinger 09 ». Il est tout à fait fascinant de le voir à l’œuvre.

Le 6 août, l’équipage du NCSM Winnipeg a eu la première occasion de voir l’hélicoptère en action dans le cadre de l’exercice RIM OF THE PACIFIC (Ex RIMPAC), lorsque le Stinger 09 et le Bronco du NCSM Regina ont pris les airs pour accompagner les deux navires.

L’Ex RIMPAC était une excellente occasion de voir les deux hélicoptères à l’œuvre. En outre, le Cyclone participait à cet exercice multinational pour la toute première fois. L’Ex RIMPAC a également permis à l’équipage du navire de mieux comprendre les immenses capacités de l’aéronef et la façon dont celles-ci contribuent à améliorer la connaissance de la situation du NCSM Winnipeg

« Deux groupes opérationnels se sont opposés à l’occasion d’un exercice de surface. Nous avons donc participé à un déploiement aérien afin de soutenir l’avancée de notre équipe et de localiser la flotte ennemie », a indiqué le Major Kris Sutton, commandant du détachement aérien du NCSM Winnipeg, à propos de l’Ex RIMPAC.

« Je dirais que nous sommes parvenus à monter à une altitude adéquate, à capter et à cerner les pistes radar pertinentes tout en demeurant éloignés de la menace que celles-ci représentaient pour notre aéronef dans les 15 minutes suivant le décollage. Nous avons pu transmettre ces éléments de confirmation positifs au navire, ce qui lui a permis de cibler la flotte ennemie avant que celle‑ci ne l’atteigne. C’était impressionnant à voir. »

Cette prestation du Stinger 09 et du NCSM Winnipeg coïncidait avec le programme d’instruction de disponibilité opérationnelle – niveau avancé (navires multiples) du navire. Les aéronefs et les membres d’équipage ont été mis à l’épreuve pour en ressortir plus forts et confiants que jamais. Ce résultat est d’autant plus impressionnant étant donné que la préparation au déploiement des membres d’équipage a été réalisée au cours d’une année exceptionnellement difficile.

En avril, tous les Canadiens et les membres des Forces armées canadiennes ont pleuré la perte des six militaires qui ont perdu la vie lorsque le Stalker 22, l’hélicoptère CH-148 Cyclone affecté au NCSM Fredericton, s’est écrasé dans la mer Ionienne, près de la Grèce.

« Cette tragédie a eu un effet profond sur toute la communauté des hélicoptères maritimes », a déclaré le Maj Sutton.

« Nous sommes un petit groupe assez soudé, et ces personnes étaient nos amis. Nous avons traversé une période très difficile, mais notre communauté est forte; nous nous sommes tous serré les coudes pour surmonter cette épreuve. »

La résilience de cette communauté est évidente dans le dévouement que chaque membre de l’équipe du Stinger 09 consacre à la réalisation de ses tâches à bord du NCSM Winnipeg.

« Nous pouvons compter sur une équipe exceptionnelle », a indiqué le Maj Sutton.

« Les techniciens sont fiers de réparer notre équipement et de pouvoir continuer à faire fonctionner l’aéronef pour nous. Ils ont le sens du devoir; ils veulent s’assurer que notre appareil est en état de vol. Nous sommes fiers de pouvoir monter à bord et d’exécuter la mission, mais il ne faut pas oublier qu’il y a toute une équipe derrière nous. »

Le travail d’équipe accompli par les membres du détachement aérien a également une incidence directe et profonde sur le reste de l’équipage du NCSM Winnipeg. Le Stinger 09 est, après tout, un élément essentiel à la mission. Il s’agit de l’œil du NCSM Winnipeg dans le ciel, toujours attentif aux eaux qui l’entourent. La capacité du Cyclone à identifier correctement des navires ou des cibles à partir d’une si longue distance offre un potentiel inégalé par les propres capteurs du navire.

« Nous pouvons nous éloigner de 100 miles, créer une zone autour du navire et dire : “Voilà ce que nous avons trouvé pour vous” », a déclaré le Maj Sutton.

« L’avantage que nous apportons en termes d’altitude permet au navire de se déplacer de manière calculée. Le navire peut réellement bénéficier de cet avantage. »

 Le NCSM Winnipeg doit mener des opérations de présence navale avancée en Asie‑Pacifique de septembre à décembre dans le cadre de l’opération PROJECTION. Sa présence dans la région lui permettra également de participer à l’opération NEON, la contribution du Canada à un effort multinational coordonné visant à soutenir la mise en œuvre des sanctions imposées par le Conseil de sécurité des Nations unies à la Corée du Nord.