La MRC se prépare à un exercice RIMPAC réduit

Nouvelles de la Marine / Le 28 juillet 2020

Par Peter Mallett

Malgré une pandémie mondiale, deux navires de guerre canadiens se rendront à Hawaï en août pour un important exercice d’entraînement.

Les navires canadiens de Sa Majesté (NCSM) Regina et Winnipeg représenteront la Marine royale canadienne (MRC) dans une version réduite du 27e exercice biennal Rim of the Pacific (RIMPAC).

Les Forces navales des États-Unis (USN), organisatrices de l’exercice RIMPAC, avaient prévu que l’événement de cette année serait encore plus grandiose que le plus récent exercice qui a eu lieu en 2018. Elles avaient prévu des scénarios plus complexes et un plus grand nombre de nations participantes.

Cependant, le 6 mars, elles ont publié une déclaration indiquant une réduction importante des plans en raison de la COVID-19.

L’exercice RIMPAC 2020 se déroulera uniquement en mer. Les volets terrestre et aérien de l’exercice ont été annulés afin de réduire au minimum les déplacements internationaux et les contacts de personne à personne.

Le personnel de soutien à terre sera réduit à Honolulu, à Hawaï, à la base commune Pearl Harbor-Hickam, et les événements sociaux entourant l’exercice seront limités.

Le commodore (Cmdre) Angus Topshee, commandant de la Flotte canadienne du Pacifique, déclare que la MRC est prête à s’adapter et à répondre aux changements dans le monde, y compris la réponse de la Marine aux efforts d’atténuation de la COVID-19 dans le cadre de l’exercice RIMPAC. Les marins et les aviateurs seront mis en quarantaine avant l’exercice, et les tests de COVID‑19 seront effectués en collaboration avec le gouvernement de la Colombie-Britannique.

« Nous continuerons à revoir et à adapter toutes nos procédures à la lumière de la COVID-19 et j’ai confiance en la nature flexible et innovante de nos marins et aviateurs pour accomplir le travail en toute sécurité, a déclaré le Cmdre Topshee. Je suis extrêmement fier des réalisations de la Flotte, ainsi que de la résilience et du leadership dont a fait preuve l’ensemble du personnel de la Flotte canadienne du Pacifique tout au long de cette pandémie sans précédent ».

Au début du mois d’août, les navires, avec un total de 500 marins et un Cyclone embarqué pour chaque détachement aérien, quitteront Esquimalt, en Colombie‑Britannique, pour l’exercice qui aura lieu du 17 au 31 août au large d’Hawaï. Les scénarios d’entraînement seront axés sur des exercices multinationaux de lutte anti-sous-marine, des opérations d’interdiction maritime, des tirs réels et d’autres possibilités de coopération.

« La participation biennale à cet exercice de haut niveau avec les États-Unis et avec les alliés de toute la région indo-pacifique démontre notre engagement à travailler en collaboration pour les questions de sécurité et de défense dans cette région stratégique vitale », a déclaré le Cmdre Topshee.

Préparation pour l’exercice RIMPAC

Une fois que l’exercice RIMPAC a été approuvé par l’USN, une conférence virtuelle de planification s’est tenue au début de mai avec des examens hebdomadaires, pour se terminer par une conférence virtuelle finale de planification le 30 juin.

« Tout ceci était un effort en vue de planifier l’exercice; la planification prend normalement plus d’un an et comprend diverses réunions en personne avec les nations partenaires », a expliqué le capitaine de vaisseau (Captv) Robinson, commandant du groupe opérationnel RIMPAC.

Le personnel du NCSM Regina, du NCSM Winnipeg et du quartier général de la Flotte canadienne du Pacifique a consacré des mois d’entraînement à la préparation de l’exercice d’été.

Le personnel du NCSM Regina a récemment terminé une instruction collective en vue de la disponibilité opérationnelle élevée au large des côtes de la Colombie-Britannique avec l’aide de l’Entraînement maritime (Pacifique). Le NCSM Winnipeg embarquera le personnel de l’Entraînement maritime (Pacifique) pour compléter l’instruction collective en vue de la disponibilité opérationnelle élevée pendant leur voyage vers Hawaï.

« L’instruction se poursuivra tout au long de l’exercice RIMPAC, a déclaré le Captv Robinson. L’Entraînement maritime (Pacifique) travaillera en étroite collaboration avec les unités de l’USN afin de s’assurer qu’elles sont capables d’atteindre leurs objectifs d’instruction spécifiques, tout en assurant la participation du NCSM Winnipeg à l’exercice RIMPAC. »

Pour réussir en mer, les équipes des navires ont organisé une série d’événements d’entraînement collectif en parallèle. L’équipage des deux navires a suivi une instruction d’équipe de lutte contre les avaries, un entraînement d’équipe pour l’évacuation des blessés et une instruction d’équipe pour les opérations.

Suite à la publication des résultats de l’écrasement de l’hélicoptère Cyclone dans la mer Ionienne au large de la Grèce à la fin d’avril, les pilotes de l’Aviation royale canadienne ont effectué un entraînement supplémentaire au sol et sur simulateur, et ont repris leurs vols sur la côte ouest. Les dernières activités de mise sur pied de la force se dérouleront localement à Esquimalt et à bord du NCSM Calgary en mer, avant qu’ils ne rejoignent le NCSM Winnipeg et le NCSM  Regina.

À quoi faut-il s’attendre pendant l’exercice RIMPAC?

L’exercice RIMPAC se déroule généralement en quatre phases distinctes : la phase au port, la phase du calendrier des événements, la phase d’entraînement à l’intégration des forces et la phase de libre action.

Afin de réduire les contingents basés à terre, la phase au port et la phase de libre action ont été éliminées.

La phase du calendrier des événements comprend un programme d’entraînement actif structuré de deux semaines qui inclura la guerre anti-sous-marine multinationale, des opérations d’interdiction maritime et des tirs réels.

L’exercice se terminera par une courte phase d’intégration de la force, au cours de laquelle les navires travailleront ensemble en groupes plus importants pour s’entraîner à la coordination des compétences de combat.

Le NCSM Winnipeg et le NCSM Regina effectueront tous deux des tirs de missiles. Ils sont en train de terminer l’entraînement de préparation aux tirs de missiles à quai et en mer. Le NCSM Winnipeg tirera des missiles Sea Sparrow évolués et des torpilles, tandis que le NCSM Regina tirera un Harpoon pour couler une cible dans le cadre d’un exercice plus large avec plusieurs unités d’exercice de coulage (SINKEX).