Le commandant de la MRC présente ses vœux du temps des Fêtes et un compte rendu de fin d’année

Nouvelles de la Marine / Le 24 décembre 2020

Joyeuses Fêtes, chers camarades de bord!

J’espère que tous chez vous sont en bonne santé et aussi heureux et pris par la magie des Fêtes qu’il est possible de l’être dans ce qui a été une année absolument sans précédent — une année au cours de laquelle nous avons non seulement été confrontés à la COVID qui a compliqué chaque aspect de notre travail et de notre vie personnelle, mais aussi à l’effroyable perte de six de nos camarades lors de l’écrasement du Stalker 22, la perte maritime la plus importante depuis des décennies. Privés comme nous le sommes, en raison de la réponse à la pandémie en cours, des occasions habituelles de célébrer les Fêtes et de nous remémorer ensemble les activités de la Marine dans une série de rassemblements et fêtes de cuisine, j’espère que vous apprécierez cette expression écrite des vœux de la saison et la récapitulation rapide d’adversités et de défis sans précédent auxquels la Marine royale canadienne (MRC) et notre famille élargie se sont attaqués de front!

De toute évidence, l’histoire de cette saison commence à juste titre avec le retour doux-amer au pays, la semaine dernière du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Winnipeg, qui est rentré avec honneur après un déploiement de quelque 140 jours qui a malheureusement inclus la perte tragique et déchirante de l’un des leurs, le matelot-chef Duane Earle, quelques jours seulement avant le retour dans un incident qui nous a vraiment tous fait mal. En effet, dans toute la famille navale, nous avons pleuré comme « un avec la force de plusieurs », tandis que le Winnipeg a accueilli à bord la famille de Duane pour une commémoration à son arrivée. Nous avons ensuite salué et accueilli Winnie tandis qu’il a mis fin à son déploiement à quai à Esquimalt — nous sommes tellement fiers d’eux pour la façon dont ils sont restés résilients, professionnels et pourtant humains même face au plus intense des défis. Ils sont rentrés de l’opération PROJECTION (Indo‑Asie‑Pacifique) et de l’opération NEON (pour mettre en application une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies au large de la République populaire de Corée) en tant que guerriers confirmés, camarades de bord compatissants et certains des meilleurs ambassadeurs du Canada.

Parlant de grands ambassadeurs du Canada, au moment où j’écris ces lignes, il ne reste qu’un seul NCSM en mer, le Toronto, qui a terminé son service au sein du SNMG 1 de l’OTAN et qui devrait revenir à quai à Halifax juste à temps pour Noël et les Fêtes le 23 décembre. Avec ce retour, c’est la première fois depuis des années que nous n’aurons aucun navire déployé pendant les Fêtes, un ajustement dicté par le fardeau inhabituel et énorme que la COVID impose à nos marins à titre individuel et comme équipages de navires. Le Toronto revient d’un déploiement de 193 jours dans le cadre de l’opération REASSURANCE — le douzième NCSM à le faire, qui ont tous été relevés sur place jusqu’à cette année.

Ces deux déploiements ne représentent que le dernier d’une année opérationnelle très chargée et fructueuse pour la MRC. Face à un besoin de représentation et d’activités navales en mer qui ne diminuent pas, la MRC — comme la plupart des marines alliées — a poursuivi ses opérations au pays et à l’étranger en réponse à une demande incessante (malgré la pandémie) en maintenant les navires, les arsenaux maritimes et les bases exempts la COVID grâce à des procédures et à des protocoles adaptés ainsi qu’à la grande collaboration entre les syndicats et la direction qui caractérise la façon dont notre marine fonctionne. En conséquence, nous avons déployé 2 750 marins pendant plus de 800 jours en mer à bord de 15 navires (notamment : Shawinigan, Glace Bay, Summerside, Brandon, Saskatoon, Nanaimo, Whitehorse, Regina, Calgary, Winnipeg, Fredericton, Halifax, Toronto et Ville de Québec ainsi que le MV Asterix) — qui ont tous gardé leurs équipages en santé et ont fait preuve d’excellence dans leurs opérations au pays et à l’étranger. Quant à eux, nos sous-marins ont vu leurs programmes de réactivation ralentis par la COVID, les horaires de maintenance du personnel militaire, des employés du secteur public et des entrepreneurs devant être remaniés. Ainsi, le Victoria a pu reprendre la mer au large de Victoria et le Windsor est en voie de faire de même sous peu sur la côte Est.

Malgré nos succès opérationnels dans le contexte de la COVID, il ne fait aucun doute que la pandémie a eu des répercussions sur nos habitudes quotidiennes au travail et à la maison. Cela ne pouvait être plus évident que lors de nos célébrations et de nos commémorations du 75e anniversaire de la fin de la Bataille de l’Atlantique que nous avons transformées en une activité virtuelle. Et, par ailleurs, ce qui démontre peut-être le mieux notre capacité à relever les défis, nos célébrations ont été si prenantes, touchantes et efficaces que nous avons observé un intérêt et une participation sans précédent, ce qui nous a permis de rendre à nos prédécesseurs, tous des héros, les hommages qui leur sont dus!

Je suis très fier de la façon dont l’équipe de la Marine a géré la réponse à la pandémie au cours de la dernière année. Depuis notre intervention rapide au début de mars, nous avons adapté de façon asymétrique, délibérée et progressive nos milieux de travail à l’évolution des conditions afin de continuer à offrir un soutien essentiel au gouvernement du Canada (notamment, par exemple, le service dans les établissements de soins de longue durée au Québec pour certains marins), de continuer à mettre des navires en mer et à faire progresser d’importants dossiers institutionnels et organisationnels, notamment les achats et les efforts de revitalisation de la Flotte. Bravo et merci à vous tous qui avez rendu ces réalisations possibles dans des conditions aussi difficiles.

Bien sûr, comme nous le savons que trop bien, à mesure que la situation évoluera dans les mois à venir, nous continuerons à écouter nos spécialistes de la santé, à respecter les consignes de distanciation physique dans toute la mesure du possible et à prendre les mesures nécessaires pour offrir un environnement de travail sûr qui nous permettra de continuer à réussir. Même si le contexte restera sans aucun doute difficile, je reste confiant en votre résilience et votre persévérance. Nous fonctionnons avec confiance dans le contexte de la pandémie, en produisant des résultats, en exécutant notre programme tout en veillant à ce que vous et vos familles soyez protégés.

De même, dans une Marine connue non seulement pour « ce que nous faisons », mais tout autant pour « comment nous le faisons » et « qui nous sommes », nous avons été tout aussi pris par le tsunami de changements que nous vivons. Éveillés par le tollé récent et continu contre l’injustice raciale qui retentit dans le monde entier, y compris ici au Canada, nous avons eu des raisons de réfléchir à nos propres lacunes en tant qu’institution. Ce qui est clair, c’est que le racisme, l’antisémitisme, la misogynie et la discrimination existent dans nos rangs malgré les efforts nombreux pour les combattre et aussi douloureux soit‑il de l’admettre.

Pour cette raison, et parce que la MRC est résolue à être une organisation moderne et tournée vers l’avenir, dans laquelle tous sont bienvenus, se sentent en sécurité sur leur lieu de travail et sont jugés uniquement pour leur compétence et leur contribution aux objectifs de défense du Canada, nous avons renouvelé notre engagement à réagir aux comportements haineux et à avoir une organisation inclusive et diversifiée. La réalisation de ces objectifs n’est pas une mince tâche. Il faudra un effort concerté, de la part de chacun d’entre nous. Il faudra que nous nous aidions les uns les autres en écoutant, en apprenant et en agissant. Il faudra un changement de culture, que j’ai décrété. En conséquence, l’activité prioritaire de l’automne a été la série des « entretiens sur le changement de culture » avec nos dirigeants de la marine (des Matc au PM 1 C et des Ltv aux Amiraux), qui ont permis à nos dirigeants à tous les niveaux de recueillir des témoignages de motivation, de favoriser la discussion et de lancer un appel aux armes qui a désigné chacun comme un moteur du changement que nous recherchons. À l’approche de Noël, plus de 90 % des dirigeants de la Marine des grades supérieurs à celui de matc ont participé à la série de formations et sont devenus habilités, voire responsables, en ce qui concerne la création de l’institution inclusive et diversifiée que nous souhaitons.

Rappelez-vous aussi qu’au cours de l’été, nous avons décidé d’adopter des désignations de grades plus inclusives et non genrées pour nos grades inférieurs. Il s’agissait d’une autre étape importante et loin d’être purement symbolique pour garantir que la MRC demeure une organisation inclusive, diversifiée et tournée vers l’avenir.

Ces efforts ne visent rien de moins qu’à garantir que notre Marine s’efforce de suivre le rythme de la société que nous servons afin de rester exactement la Marine que les Canadiens souhaitent pour les représenter dans les coins les plus reculés du monde lorsque les principes et les valeurs comptent.

En attendant, si le changement de culture est en marche en tant qu’activité prioritaire, il en va de même pour l’effort collectif visant à faire progresser la concrétisation de notre flotte future.

À la fin de juillet, nous avons pris livraison du NCSM Harry DeWolf, le premier nouveau navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique. Ce fut un événement mémorable pour la MRC et nos partenaires industriels : notre Marine qui prenait de l’expansion pour la première fois depuis plus d’une vingtaine d’années. L’enthousiasme s’est maintenu en octobre, lorsque le Harry DeWolf a navigué pour la première fois sous commandement naval. Avec la formation de base de préparation à la navigation pour un seul navire, ce que nous appelions les inspections de navigabilité, puis l’opérationnalisation progressive et le perfectionnement de l’équipage dans les derniers mois de 2020, nous sommes bien partis pour voir le navire — une nouvelle capacité importante pour la Marine, les Forces armées canadiennes (FAC) et le Canada — mis en service et pleinement opérationnel en 2021.

Parmi les autres jalons de la Stratégie nationale de construction navale, il y a eu la cérémonie de pose de la quille du futur NCSM Protecteur, l’un des deux nouveaux navires de soutien interarmées du Canada. Les progrès réalisés dans la construction du Protecteur sont maintenant évidents pour tous ceux qui jettent un coup d’œil sur le chantier naval de Vancouver, alors que le navire prend forme en vue de sa livraison en 2024, avec la livraison, deux ans plus tard, Preserver, son jumeau.

Le projet de navire de combat canadien (NCC) poursuit aussi ses progrès. L’examen de la conception préliminaire a avancé à grands pas malgré la pandémie et en exploitant les pratiques exemplaires et les innovations les plus étonnantes du monde de la construction navale — comme nous en avons fait part par l’entremise de notre site web et comme Irving Shipbuilding Inc, Lockheed Martin et BAE Systems l’ont tous fait par l’entremise de différents produits.

Bien sûr, tandis que notre avenir se dessine sous l’impulsion des efforts parallèles du changement de culture et de la concrétisation de la nouvelle flotte, ce qui ne changera pas, c’est le rôle central que les familles jouent dans notre succès. Nous n’aurions pas été en mesure d’obtenir l’un ou l’autre de nos succès au cours de cette année incroyablement difficile, voire de n’importe quelle année, sans l’amour et le soutien indéfectibles des membres de notre famille et de nos proches à la maison qui facilitent et célèbrent toujours les succès de la Marine et nous consolent de nos tragédies. Merci à tous pour vos sacrifices au quotidien, pour les innombrables événements manqués et les étapes non célébrées pendant l’absence de votre marin qui ne pourront jamais être rattrapés, pour lesquels la MRC et les FAC, notre grand pays et nos alliés vous sont reconnaissants! En reconnaissance de tout ce que vous faites, chères familles, j’espère que cette période des Fêtes vous donnera à tous l’occasion de profiter un peu de la paix sur terre que vous avez contribué à maintenir grâce à votre sacrifice!

Et tandis que vous essayez de profiter des Fêtes, chers camarades de bord, je vous rappelle qu’en cette année déjà stressante, vous devez tous être sur vos gardes pour éviter que ce stress ne s’aggrave pendant la période des Fêtes. Je vous demande donc de veiller les uns sur les autres et de ne pas oublier que de l’aide et des ressources en santé mentale sont disponibles en cas de besoin. Nous avons besoin que tous se reposent, récupèrent, se rechargent et soient en bonne santé et prêts à revenir sur le pont, débordants d’énergie pour affronter ce qui nous attend en 2021.

En effet, l’année 2021 est très prometteuse. Par exemple, je suis encouragé, chers camarades de bord, par le récent déploiement du vaccin et l’opération VECTOR qui marquent le début de la fin de la pandémie. Entre-temps, il demeure essentiel que nous poursuivions notre défense active contre les répercussions de la COVID sur ce que nous sommes chargés de faire, mais nous voyons la lumière au bout du tunnel. Quoi qu’il en soit, la nouvelle année commencera avec le déploiement du Halifax à partir d’Halifax en tant que navire amiral du SNMG 1, avec le départ du Calgary à titre de plus récent déploiement de navires de la côte Ouest dans la région Indo‑Asie‑Pacifique et avec les futurs navires en déploiement dans une multitude de sorties en mer et d’activités préalables au déploiement. Trois sous-marins navigueront aussi en 2021. Je souligne aussi, avec une grande fierté, que des amiraux de la MRC seront à nouveau honorés par des commandements navals internationaux : au Moyen‑Orient, le Cmdre Dan Charlebois commandera la Force opérationnelle combinée 150 à compter de janvier; et en Europe du Nord, le Cmdre Brad Peats commandera le 1er Groupe de la flotte navale permanente de l’OTAN, avec le Halifax comme premier navire amiral. Le rôle de direction exercé simultanément au sein de certaines formations opérationnelles navales avec des partenaires et alliés clés témoigne du professionnalisme de notre Marine et de la haute estime dont nous jouissons auprès de nos partenaires et alliés. En même temps, ce qui m’excite le plus, c’est la perspective de faire des progrès considérables dans nos efforts de changement de culture en ce qui concerne la création d’une organisation inclusive et diversifiée dans laquelle le racisme, l’antisémitisme, la misogynie et la discrimination sous toutes leurs formes sont dénoncés et combattus chaque fois qu’ils se présentent. En bref, je me réjouis de partager avec vous l’année à venir et de voir la grande équipe de la MRC continuer à prospérer ensemble.

Je conclurai en vous disant que ce fut un honneur pour moi d’être chargé de vous diriger au cours de l’année importante qui vient de s’écouler! Merci à tous, à la famille navale élargie, y compris mes camarades de bord, vos proches, notre incroyable effectif civil et nos partenaires de l’industrie à la grandeur du Canada, pour votre service, votre sacrifice ou votre soutien à la MRC et aux FAC au cours de la dernière année! Cette année a effectivement été difficile, mais votre persévérance, vos encouragements et vos efforts sont vraiment appréciés et ont permis d’obtenir nos nombreux succès enviables! Bravo Zulu, camarades de bord! Je suis si fier de vous tous!

Le premier maître du Commandement, PM 1 C Dave Steeves, et moi-même, vous souhaitons à tous santé et bonheur pour la période des Fêtes. Profitez‑en bien! Vous le méritez tous!

Restez en santé, en sécurité et prêts, camarades de bord. Restez salés!

Bien à vous, avec nos meilleurs vœux de la saison,

Art McDonald
Vice-amiral
Commandant de la Marine royale canadienne​