Sensibilisation accrue à l’environnement sous-marin par la mise à niveau de l’ensemble sonar

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 9 juin 2021

Par le Capt Jenn Jackson,

Affaires publiques des FMAR(P)

Le sous-marin canadien Victoria est de retour en mer et ses opérateurs de sonar sont mieux équipés que jamais.

Le sous-marin canadien Victoria a fait l’objet d’une mise à niveau pendant sa dernière période en cale sèche. Il s’agissait de l’installation de l’ensemble sonar BQQ-10, qui, en plus de nous permettre d’harmoniser nos capacités avec celles de nos alliés, change efficacement la donne pour les sous-marins de la classe Victoria de la Marine royale canadienne.

Récemment, l’équipage du sous-marin canadien Victoria a mis à l’essai ce nouvel ensemble sonar afin d’éprouver le système, d’effectuer les réglages fins et de vérifier son intégration à d’autres systèmes embarqués. Le maître de 2e classe (M 2) Naomi Mihalcheon, cheffe-opératrice de sonar du Victoria, accueille ce changement avec un enthousiasme renouvelé à l’égard de son emploi.

« Le BQQ-10 est beaucoup plus avancé que l’ancien ensemble sonar en ce qui concerne le traitement et les options pour analyser les contacts, explique le M 2 Mihalcheon. Avec le BQQ‑10, nous disposons d’un système bien plus évolué. »

Les différences entre le BQQ-10 et l’ensemble sonar 2040 précédent comprennent une hausse importante de post-traitement lorsque des données sont reçues des systèmes sonar du Victoria et la façon dont l’information s’affiche dans la salle de contrôle du sous-marin pour ses opérateurs de sonar.

« La mise à niveau des écrans fait une grande différence, ajoute le M 2 Mihalcheon. D’une certaine façon, c’est comme si les renseignements et les graphiques étaient passés de la qualité Atari à la qualité HDMI. »

Avant les essais en mer, le changement s’est amorcé à terre pour les opérateurs de sonar, qui ont dû suivre un cours d’instruction de conversion pour se familiariser avec le nouvel équipement et la nouvelle présentation des données – l’essentiel du travail des opérateurs de sonar demeure toutefois inchangé.

« Développer son “oreille sonar” est tout aussi important maintenant qu’avant, avec le système 2040. C’est encore possible de classer un contact simplement à l’oreille avant le traitement et les évaluations du BQQ-10, précise le M 2 Mihalcheon. »

Même s’ils suivent le cours d’instruction de conversion à terre, le principal défi auquel les opérateurs de sonar font face en mer est de déterminer comment maximiser le système et la meilleure façon de fournir les données les plus pertinentes à l’équipe de commandement. Pendant que le sous-marin canadien Victoria poursuit ses activités selon son horaire de navigation normal, ses opérateurs de sonar continueront d’affiner leur utilisation du système, ce qui profitera de manière générale à la Force des sous-marins canadiens.

« Le sous-marin canadien Victoria est le premier de nos sous-marins dans lequel le système BQQ-10 est mis à l’essai, mais des préparatifs sont en cours pour les essais à venir à bord du sous-marin canadien Windsor sur la côte Est et, plus tard cette année, à bord du sous-marin canadien Corner Brook, rapport le Capv Jean Stéphane Ouellet, commandant de la Force des sous-marins canadiens.

« Les quatre sous-marins de la classe Victoria seront mis à niveau, ce qui entraînera une sensibilisation générale accrue à l’égard de l’environnement sous-marin. Non seulement ce système multiplie nos capacités de surveillance pour défendre le Canada, mais il contribue aussi au maintien de la pertinence de la Force des sous-marins canadiens pour les opérations d’aujourd’hui et de demain, ajoute-t-il. »