Lieutenant de vaisseau Kevin Okihiro

Galerie d'images

Profil de marin / Le 25 mai 2020

Lorsque le lieutenant de vaisseau (Ltv) Kevin Okihiro est arrivé au petit village de Cornouailles appelé Upton Cross, dans le Sud-Ouest de l’Angleterre, il savait qu’il devrait désamorcer près d’une douzaine de dispositifs explosifs de circonstance incendiaires.

Le moment semblait surréaliste et se déroulait comme son entraînement, mais il ne s’agissait pas d’un exercice.

Le propriétaire d’un garage de mécanique automobile avait découvert par hasard les bombes incendiaires en arrivant au travail le matin du 26 août 2019.

« Quand nous avons reçu l’appel, j’étais de service, a déclaré le Ltv Okihiro. Nous devons pouvoir partir avec un préavis de dix minutes, et nous devons donc réagir rapidement. »

Cet officier plongeur-démineur de la Marine royale canadienne a été affecté au Royaume-Uni (R.-U.) dans le cadre d’un échange de trois ans avec l’escadron de plongée de la flotte de la Royal Navy, afin d’acquérir de l’expérience en tant que spécialiste no 1 en neutralisation de dispositifs explosifs de circonstance et chef de l’équipe de neutralisation des bombes pour des tâches opérationnelles nationales à l’appui des autorités civiles britanniques.

Au cours de l’année dernière au Royaume-Uni, le Ltv Okihiro a répondu à 45 appels, mais la plupart étaient des bombes et des mines historiques de la Première Guerre mondiale et de la Seconde Guerre mondiale. Aucune situation ne ressemblait à celle-ci, avec des dispositifs explosifs de circonstance (IED) placés délibérément sous des voitures autour d’un garage de mécanique automobile.

« Quand je suis arrivé, la police, les pompiers et les techniciens en scène de crime étaient déjà sur les lieux et attendaient l’arrivée de mon équipe. »

Après s’être assuré que toutes les personnes présentes dans la zone touchée avaient été évacuées et que l’accès à la zone était interdit, le Ltv Okihiro a parlé avec le commandant des interventions sur place pour avoir une meilleure idée du type d’IED qui avaient été trouvés.

Puis, en portant son équipement de protection ignifuge, il s’est approché de la première voiture.

« Ils étaient sous des voitures et il s’agissait de bombes incendiaires amorcées, a déclaré le Ltv Okihiro. Donc, si on faisait un mauvais mouvement ou était trop agressif, une d’elles pouvait exploser. »

« Et puisqu’il s’agissait d’un garage automobile, tout le terrain était recouvert de carburant, ce qui était un peu problématique. »

Le Ltv Okihiro dit que la nature dangereuse de son travail ne l’empêche pas de dormir, bien qu’il existe toujours le stress de s’assurer que tout est fait correctement, surtout en ce qui concerne les IED, car le niveau d’intérêt de la part du gouvernement et du public est plus élevé que celui pour les bombes de l’époque de la guerre.

« L’instruction est excellente, a déclaré le Ltv Okihiro. Donc, quand j’ai l’occasion de sortir et de faire quelque chose de vrai, je suis en fait assez ravi de sortir et de le faire. »

Il s’est déplacé de voiture en voiture à son propre rythme, en passant calmement et résolument sous chacune d’elles pour faire en sorte manuellement que chaque IED soit sans danger. Il était difficile d’atteindre certains d’entre eux parce qu’ils se trouvaient sous les voitures.

« Il s’agissait simplement de s’assurer que ses actions et que ce que l’on faisait étaient précis. »

L’enquête est toujours en cours, mais la police a classé l’incident comme une tentative d’incendie criminel, selon CornwallLive.com, l’organisme de nouvelles local.

Après s’être occupé de chaque voiture, il a dû fouiller toute la zone et a collaboré avec les techniciens en scène de crime pour s’assurer que le site était sans danger.

« J’ai ressenti un énorme sentiment de satisfaction lorsque j’ai effectué ce travail. Nous nous entraînons pendant des années pour devenir qualifiés et compétents en vue de faire face à une telle situation. C’était vraiment la chose la plus géniale que j’ai faite de toute ma vie. »

Le Ltv Okihiro a d’abord été attiré par la plongée plutôt que par le désamorçage d’explosifs.

« J’aime lire sur l’histoire, et surtout sur les guerres mondiales. C’est pourquoi j’ai choisi d’étudier principalement l’histoire à l’université, et c’est probablement ce qui m’a poussé initialement à m’enrôler dans les forces militaires. »

Depuis qu’il a rejoint ses coéquipiers au Royaume-Uni et qu’il a répondu à divers appels exigeant de désamorcer des dispositifs allant des grenades à main aux bombes allemandes de 1 000 kg datant de la Seconde Guerre mondiale, son intérêt pour la neutralisation des explosifs et munitions s’est accru.

« L’appel conventionnel le plus passionnant auquel j’ai répondu était juste après Noël, lorsque mon équipe a été chargée de neutraliser deux obus de mortier britanniques de la Première Guerre mondiale remplis de gaz moutarde, à deux milles du port de Portsmouth.

« C’est une expérience extraordinaire que de mettre la main sur les munitions historiques sur lesquelles j’ai lu dans ma jeunesse et d’être chargé de les rendre sans danger », a déclaré le Ltv Okihiro.

« Si je pouvais retourner dans le passé et dire à la jeune version de moi-même que ce serait un jour mon travail, je ne l’aurais jamais cru. »

Au Royaume-Uni, on trouve chaque jour des munitions historiques et une équipe de neutralisation de bombes de la Royal Navy est envoyée toutes les 18 heures pour répondre à un appel. Cela représente environ 300 appels par an et par unité.

« J’aime ce travail, a déclaré le Ltv Okihiro. J’aime être en service, prendre les appels sur le téléphone cellulaire de l’opérateur de service, préparer un plan et informer l’équipe, avant de quitter la base à toute vitesse dans un véhicule d’urgence éclairé en bleu avec « Neutralisation de bombes de la Royal Navy » inscrit sur les côtés. Sans aucun doute, c’est le meilleur travail que j’ai jamais eu. »