Un marin du NCSM Calgary obtient sa qualification en mer

Style de vie - La vie en mer / Le 7 juillet 2020

Par l’enseigne de vaisseau de 1re classe Greg Menzies

Ce n’est pas tous les jours qu’un officier de guerre navale peut obtenir la Qualification professionnelle des officiers de la Marine (QPOM) pendant qu’il est en mer.

En réalité, dans la flotte de la côte ouest de la Marine royale canadienne, c’est plutôt rare. C’est pourquoi c’était tout un événement pour l’enseigne de vaisseau de 1re classe (Ens 1) Jason Wychopen.

Dans le cadre de l’examen du comité chargé de la QPOM, l’officier de guerre navale répond aux questions de plusieurs officiers supérieurs de la Marine qui se spécialisent dans tous les aspects des opérations d’un navire de guerre en mer. L’officier devient admissible à subir l’examen du comité après avoir suivi les cours de la QPOM qui comprennent des centaines de signatures obligatoires afin de s’assurer que l’officier comprend bien les rouages internes d’un navire de guerre. Ce processus prend habituellement deux ans.

Lorsque l’officier a suivi les cours et qu’il est désigné par son capitaine, il reçoit un avis lui demandant de se présenter devant le comité. Afin de se préparer à cet examen très élaboré, l’officier doit habituellement étudier le matériel pendant quelques semaines.

Toutefois, l’Ens 1 Wychopen a reçu un avis d’une heure pendant qu’il naviguait sur le navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Calgary.

Le NCSM Calgary effectue actuellement son programme dirigé d’instruction préparatoire au déploiement en mer pendant qu’il participe à un exercice du groupe opérationnel avec les navires CSM Regina, Brandon, Whitehorse et Nanaimo et deux patrouilles d’instruction de classe Orca, le Cougar et le Wolf, au large des côtes de l’île de Vancouver.

« Le personnel de l’Entraînement maritime (Pacifique) et le commandant de la Flotte canadienne du Pacifique et son personnel étant à bord du NCSM Calgary, le personnel de l ‘évaluation était suffisant pour convoquer un comité de qualification », a indiqué l’Ens 1 Wychopen.

L’examen du comité comprend deux volets. Le premier volet porte sur la théorie. Les officiers supérieurs posent des questions sur le travail de surveillance de l’officier. Il s’agit de questions d’évaluation des connaissances qui permettent de s’assurer que les éléments fondamentaux du travail d’un officier de guerre navale sont bien compris.

Le deuxième volet est pratique. L’officier de guerre navale prend part à une simulation ou est noté pendant ses quarts en mer. Les scénarios sont conçus de manière à confirmer que le candidat peut assurer la sécurité du navire en toutes circonstances.

« Je suis heureux d’avoir réussi l’examen du comité et que ce soit maintenant terminé. Je peux me concentrer sur la prochaine étape de ma carrière », indique l’Ens 1 Wychopen.

Sa prochaine décision consiste à choisir l’une des nombreuses qualifications au niveau de directeur.

« Je veux être un officier de guerre sous-marine, dit-il. Selon moi, c’est l’option la plus intéressante, et c’est celle qui correspond à la tradition navale de ma famille. 

Maintenant que l’examen du comité de la QPOM est derrière moi, je peux aller de l’avant et relever de nouveaux défis. »